Magazine Culture

Arts premiers congo : royaume de luba - maitre de buli

Publié le 19 avril 2016 par Aelezig

Les Lubas sont un peuple établi principalement en République démocratique du Congo où ils constituent l'une des populations les plus nombreuses. Quelques communautés vivent aussi dans les pays voisins, en Zambie et en Angola

Le royaume Luba est le premier royaume dans le bassin du Congo vers le IIIe et le IVe siècle de notre ère. Sa stabilité est due par une loi "Tshibawu ou Union" qui lie toutes les ethnies : les Benas symbolisaient les descendants directs et les Bakwas, les sujets, amis et migrants vivant en permanence dans l'une des contrées et chefferies sous le juridiction du chef/roi. Le Tshibawu stipule que, dès qu'une ethnie est attaquée, tout le peuple luba doit combattre l'ennemi. 

z07

En 1897, Léopold II, roi des Belges, englobe les territoires lubas dans son Etat indépendant du Congo. Les populations sont presque décimées par le travail forcé qui leur est imposé afin de récolter du caoutchouc sauvage. Certains sont déportés plus au sud, au Katanga pour travailler dans les mines. La religion chrétienne devient la religion officielle, les anciens cultes africains sont interdits. Les nombreux missionnaires veillent à ce que tout le monde respecte les préceptes de l'Eglise. On enseigne le flamand et le français.

L'art

Les sculptures lubas représentent souvent des femmes, ce qui reflète l'importance qui leur est accordée au sein de la société. Le prestige de l'empire luba explique aussi le nombres d'objets exaltant sa puissance : sceptres porte-flèches, sabres, sièges à caryatides ou tambours de cérémonies. S'y ajoutent nombre d'amulettes, de vases et de masques. Les angles sont généralement adoucis, le bois est sombre, poli et patiné.

Parmi les artistes, se dégage Maître de Buli, dont on ne connaît toujours pas l'identité exacte, ce qui soulève la question fondamentale de l'individualité artistique des sculpteurs africains. Les sculptures ne sont pas signées, mais la technique de taille et le style permettent de mettre en évidence la main d'un ou de plusieurs sculpteurs renommés et appréciés des princes et de la cour royale luba. On regroupe sous le nom de Maître de Buli des oeuvres qui présentent des caractéristiques très proches. Il pourrait s'agir de deux personnes. 

z08

Les sculptures attribuées au Maître de Buli se composent d'une vingtaine d'œuvres qui se répartissent en quatre types principaux : des porteuses de coupe, des effigies d'ancêtres, trois statuettes, des sièges à cariatides, et un appui-nuque.

L'essentiel du corpus a été collecté entre 1894 et 1909. Chaque sculpture a son histoire propre, collectée par une personne différente à des lieux variés. La variété des types d'objets appelle à une analyse plus fouillée. 

Les traits communs aux œuvres principales ont été ainsi définies par Frans Olbrechts : tête volumineuse, visage ovoïde allongé, front haut et bombé, arcades sourcilières arquées, nez aquilin et curviligne, bouche large, prognathe, deux rides partant du coin des lèvres, coiffure quadrilobée ornée de tresses. Des scarifications apparaissent sur le ventre, les cuisses, le bas du dos et les fesses, selon les œuvres. 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Aelezig 127315 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte