Magazine Asie

Ce que je ramène du Japon...

Par Kaeru @Kaeru
Ce que je ramène du Japon...
Un mois et demi. Six semaines de séjour au Japon. Mon plus long voyage. Un voyage à tiroir, constitué de différentes étapes, chacune étant presque un voyage à part entière. Me voici de retour, décalée dans mes horaires, ma langue, ma ville, mon cœur et ma tête, à la fois heureuse de retrouver le foyer que je partage avec La Moustache et chagrine de quitter ce pays qui me fascine tant.
Du Japon, je ramène le visible et l'invisible.
D'abords, il y a les objets : des livres, de la papèterie, de la vaisselle, bien évidement, des charmes et gri-gris, quelques fringues, des choses que je ne trouve qu'au Japon. Certains sont chargés de sens, d'autres d'émotions, certains sont simplement utiles, moins chers là-bas ou introuvables en France.

Ce que je ramène du Japon...

Du festival d'art de Setouchi et d'autres lieux...


Je ramène aussi un carnet où j'ai collecté tampons et calligraphies (shuin) des temples et sanctuaires et qui, outre le souvenir et les 300 yens dépensés à chaque page, m'a donné la possibilité d'un échange. Dans l'écrasante majorité des cas, je suis tombée sur des personnes amicale voire très agréables. Dans les lieux hyper touristes, où on obtient un shuin déjà tracé, sur une feuille à "coller", l’intérêt et cependant limité. Par contre, dans des endroits paumés, comme ce temple au fin fond de la montagne dans la préfecture de Shimane, le carnet devient un sésame, un point de contact pour ensuite converser (et même avoir du thé et des gâteaux).
J'ai aussi rempli un cahier de voyage et accumulé cartes, billets d’entrée et de transport, divers prospectus, étiquettes, emballage.s Des souvenirs de papier à engranger dans mon cahier ou à mettre de côté pour mon prochain voyage, pour montrer et transmettre la magie de certains lieux, inviter d'autres voyageurs à les découvrir.
Et puis, il y a l'invisible, donc le poids et l'espace n’alourdissait pas les valises de retour. Pourtant, si je pouvais le mesurer en trois dimensions, si je pouvais le sentir, le toucher, tout l'avion ne suifferait pas à le ramer. Ou alors, peut-être un gigantesque engin de l'armée qui transportent des tonnes et des tonnes. 

Ce que je ramène du Japon...

Razzia sur les rayons des papèterie avec un Mouton motivé


Du Japon, c'est l'invisible qui importe.L'invisible qui me fait voyageuse et non touriste. L'invisible qui transforme le séjour en quête initiatique, où objectifs et plannings ne sont qu'une excuse pour s'engager sur un autre chemin.
Je ramène des rencontres humaines. Je suis partie chez des bons potes et je reviens avec deux amis très chers. La rencontre avec David, du blog Ogiima sans qui notre découverte du festival de Setouchi n'aurait pas été aussi géniale.
La rencontre manquée avec Le coq qui n'a plus son cerisier mais n'a pas perdu son œil curieux, me motive à retourner à Osaka et découvrir les lieux qu'il photographie.
Les rencontres avec les papis et mamies dans les temples, les magasins, les bouibouis incroyables où je me suis restaurée. Les rencontres avec les quelques plus jeunes, motivés et courageux. Malgré mon piètre japonais qui ferait passer une langue en version petit nègre pour une éloquence époustouflante, j'ai quand même réussi à communiquer.
Je ramène un pont vers La Moustache qui s'est confronté au choc culturel et a décidé de faire un pas vers ce qui me fascine, même quand il ne comprend pas.

Ce que je ramène du Japon...

Vaisselle, charmes et mascottes


Je ramène une réconciliation vers le Japon post 11/03/2011, terrible dans ses mensonges mortifères et d'une grande complexité. Je ramène de la confiance en ma capacité d'apprendre et découvrir en étouffant mes jugements et mes préjugé, tel un anthropologue. Je ramène de la confiance en ma capacité de m'adapter et d'affronter les petites contrariétés, les couacs et soucis plus conséquents, sans pour autant me flageller ni chercher un coupable. Je ramène une confiance en l'avenir et en ma capacité de l'appréhender, insaisissable et mouvant.
Je ramène de la sérénité. Une pause complète, m'être sortie du flot d'information anxiogène, malgré les terribles tremblements de terre de Kumamoto.
Je ramène la conscience que presque tout me dépasse, que ma capacité d'action sur le monde est limité et précieuse, alors que je dois utiliser mon énergie avec sagesse, réflexion mais aussi intuition et humour.
Car, rien de sert de tout planifier, la vie a sa façon bien a elle de vous reprendre les manettes quand on serre trop fort le manche.
Ce que je ramène du Japon...

Durant six semaines, pas un jour ne s'est écoulé sans qu'une situation ou qu'une émotion ne m'évoque les livres de Marshall Rosenberg sur la communication non violentes et l'ouvrage de Miguel Ruiz (les quatre accords toltèques mais dépouillé de ses atours new-ages hein!).
Je ramène de l'eau vive. Comme si un barrage intérieur avec cédé. Mais en douceur, sans tout inondé. Je ramène de l'eau vive et fertile, fraiche et désaltérante.
Je ramène aussi l'inspiration mais ça, un temps de digestion nécessaire m'empêche encore d'en voir les bénéfices et la richesse.
Et je ramène, plus pragmatiquement, un cul d'enfer et des jambes de gazelle car à marcher 10 à 20 bornes par jour, la silhouette s'affine et tout mon corps me dis merci (La Moustache aussi).
Et vous, que ramenez-vous de vos voyages ?

Ce que je ramène du Japon...

Toujours un brin otaku !


Copyright : Marianne Ciaudo

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Kaeru 5607 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte