Magazine Culture

Tsubame : Aki Shimazaki

Par Soiwatter
Ça y est, je suis officiellement de retour après une petite panne qui m'a éloigné de ce journal de lecture pour quelques mois... Je reviens donc avec le troisième tome du Poids des Secrets d'Aki Shimazaki, qui trainait depuis un bout de temps dans ma PAL...
L'histoire débute lors du Kanto Daishinsai, le terrible tremblement de terre qui va raser toute la région de Tokyo le premier septembre 1923 et faire des centaines de miliers de morts de disparus et de blessés. Yonhi a tout juste 12 ans. Ses parents, des activistes indépendantistes, avaient fui la Corée sous le joug japonais pour Tokyo. Yonhi vit seule avec sa mère qui lui fait la classe et son oncle (son père aurait disparu avant sa naissance).
Suite à la catastrophe, les japonais en quête de bouc-émissaires, massacrent des milliers de coréens. C'est alors que la mère confie sa fille à un orphelinat chrétien (tenu par un prêtre surnommé Tsubame, ce qui signifie hirondelle) et fait rebaptiser sa fille du nom japonais de Mariko Kanozawa, avant de partir à la recherche de son oncle. Yonhi ne reverra jamais sa mère.
A la fin de sa vie, alors qu'elle est veuve, mère d'un chimiste et grand-mère de trois petits-enfants, le mystère de sa naissance lui est dévoilé : le prêtre catholique qui l'avait recueillie dans son église lors du tremblement de terre, surnommé monsieur Tsubame, était-il l'instrument du destin qui a permis à cette hirondelle de s'élancer hors du nid ?
Nous voici plongés dans le troisième tome du poids des secrets... Au début rien ne relie cette nouvelle aux trois autres romans, à part ce nom Mariko... Car c'est bien l'histoire de la mère de Yukio que l'on va apprendre, ses origines et l'un de ces secrets originels qui vont sceller le destin de cette famille. Comme pour les tomes précédents, on retrouve cette atmosphère dure mais émouvante, subtile, épurée, lente et pleine de délicatesse qui nous transporte dans un grand moment de lecture. Avec ce nouveau tome, c'est pour moi un coup de cœur qui continue...
Les avis de Loutarwen, Papillon, Katell, Jules... Toutes aussi subjugués par cette série que moi...

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Soiwatter 7 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines