Magazine Concerts & Festivals

Fin du magazine Magic, tombé pour la France

Publié le 10 mai 2016 par Dookiz @merseysideband

magic-2016C’est officiel, le magazine Magic n’existera plus en papier. Après 21 ans de culture pop moderne, le magazine se voit contraint de laisser ses fidèles lecteurs sur le carreau. Triste nouvelle.

Revue pop moderne

Le canard enchaînait tant bien que mal les années, arrivant ainsi à sa vingt et unième année. Bel âge pour une petite entreprise qui connaît la crise. (Non, n’y voyez pas une référence à l’album 21 d’Adèle). C’est donc l’un des fervents défenseurs du rock indé qui vient ajouter son nom à David Bowie ou Prince dans les disparitions de 2016. Et quoiqu’on en dise, Magic restait le seul vrai magazine papier résolument indie pop. Une revue pop moderne.

magic-2016
C’est officiel, le magazine Magic n’existera plus en papier. Après 21 ans de culture pop moderne, le magazine se voit contraint de laisser ses fidèles lecteurs sur le carreau. Triste nouvelle.

Revue pop moderne

Le canard enchaînait tant bien que mal les années, arrivant ainsi à sa vingt et unième année. Bel âge pour une petite entreprise qui connaît la crise. (Non, n’y voyez pas une référence à l’album 21 d’Adèle). C’est donc l’un des fervents défenseurs du rock indé qui vient ajouter son nom à David Bowie ou Prince dans les disparitions de 2016. Et quoiqu’on en dise, Magic restait le seul vrai magazine papier résolument indie pop. Une revue pop moderne.

In It For The Money

Nous voilà donc contraints d’arrêter de scruter l’album du mois, les actualités souterraines ou même les pubs ciblées qui permettent de se tenir à jour de l’actualité indie pop. Finies les chroniques d’Etienne Greib qui font référence à Teenage Fanclub, fini le classement des lecteurs et de la rédaction, le hors série de chroniques de fin d’année, les soirées Tombés pour la France. C’est triste, mais c’est la suite logique des choses à l’heure où tout n’est que business et profit. En même temps, comment maintenir un journal qui perd de l’argent ? Nous mêmes, fraîchement déçus et déjà nostalgiques de cette époque magique, n’aurions pas le courage de nous lancer dans cette aventure qu’aucun banquier, même fan de New Order, n’oserait nous accorder. In It For The Money était plus la philosophie de Supergrass en 97 que celle de Magic. Alors même si on se sent toujours un peu Magic mais aussi un peu naked, pour toute l’équipe de Magic : one last hurrah (comme le chantaient les Boo Radleys en 1996 sur C’Mon Kids)

Pour suivre les news de rock indé, suivez Merseyside sur les réseaux sociaux :

Fin du magazine Magic, tombé pour la France
   
Fin du magazine Magic, tombé pour la France
  
Instagram-Icon

Fin du magazine Magic, tombé pour la France

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dookiz 5513 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte