Magazine Culture

Ma philosophie

Publié le 16 juin 2008 par Chroneric

Comme à l'accoutumée, l'épreuve de baccalauréat de philosophie se distingue par l'énoncé des sujets proposés. Des sujets qui prouvent combien ceux qui les rédigent ont une imagination fertile. Je vous ferai grâce des explications de texte puisque je ne les ai pas sous les yeux et que ça ne m'intéresse pas.

Série L, série des littéraires

"La perception peut-elle s'éduquer ?" : on a déjà du mal à éduquer nos jeunes alors s'il faut encore leur apprendre à percevoir tout ce qui les entoure on n'est pas sorti de l'auberge. Pour l'instant, on perçoit surtout les difficultés de fins de mois. "Une connaissance scientifique du vivant est-elle possible ?". Je ne comprends pas la question. Jusqu'à preuve du contraire, c'est le monde scientifique qui a exploré le monde du vivant. Voilà un sujet que j'aurais allégrement ignoré. Peut-être une exception en ce qui concerne certains êtres vivants difficiles à cerner tellement ils peuvent se démultiplier pour être à plusieurs endroits à la fois et faire plusieurs choses en même temps, divorcer et se marier la même année...

Série S, série des scientifiques

"L'art transforme-t-il notre conscience du réel ?". Oui. Il suffit de voir combien les jeunes confondent ce qu'ils voient à la télévision et au cinéma et ce qu'ils vivent dans les jeux vidéos. L'art est à double tranchant. "Y a-t-il d'autres moyens que la démonstration pour établir une vérité ?". Evidemment ! Il suffit d'écouter notre président et son gouvernement qui imposent leurs vérités sans rien prouver. C'est comme ça et pas autrement.

Série ES, série économique et sociale

"Peut-on désirer sans souffrir ?". J'ai envie de dire que le désir est à mi-chemin entre l'amour et la haine. De ce fait, on bascule aisément d'un côté à l'autre constamment. "Est-il plus facile de connaître autrui que de se connaître soi-même ?". Une rare parole que je me souviens de mon professeur de philosophie c'est que l'on ne se connaît pas entièrement et qu'il faut toute une vie pour se connaître soi-même. "Connais toi toi-même" disait Socrate (oulala, je m'impressionne à citer une telle référence). Une citation inexacte d'ailleurs puisque la véritable expression de ce monsieur est "Je ne sais qu'une chose, c'est que je ne sais rien". Une maxime reprise par Jean Gabin dans sa chanson "Maintenant je sais" où il dit "Je sais qu'on ne sait jamais". Toujours importer de multiplier les citations dans sa copie.

Un peu raccourci tout ça mais je n'ai pas envie de me fatiguer pour une matière inutile qui m'ennuyait à mourir. Une matière qui ne mérite pas plus d'attention. J'avais obtenu 6 sur 20 à l'époque et cela ne m'a pas empêché d'avoir mon bac. Vous remarquerez d'ailleurs que les sujets sont subtilement répartis. Du scientifique pour les littéraires et du littéraire pour les scientifiques.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Chroneric 80 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine