Magazine Culture

INTERVIEW | King Khan & BBQ Show

Publié le 24 mai 2016 par Le Limonadier @LeLimonadier
Weekly Shot | Pop On The Rocks #8

King Khan & BBQ Show, c’est l’alliance de Mark Sultan (alias BBQ) et de Blacksnake (alias King Khan). À l’heure où les hommes de leurs âges sont en pleine crise de la quarantaine, eux ont choisi de garder le cap du rock’n’roll. Et pas n’importe lequel : le garage. Style annonciateur du punk, il (sur)vit grâce aux groupes qui, comme King Khan & BBQ Show, savent diffuser la bonne parole à grand coup de fuzz dans ta gueule ! À l’occasion de la venue du groupe à la Mécanique Ondulatoire le 5 mai dernier, le Limo est allé poser quelques questions aux papas les plus rock du monde. Sans perdre de leur franc parler et envie de changer le monde, ils nous ont livré des réponses à la fois (très) drôles et intelligentes. Bref, une belle rencontre que nous sommes contents de partager avec vous.


Bonjour King Khan & BBQ.

Pour commencer, on a tous rêvé d’avoir votre vie… Comment tout cela a commencé et comment on fait pour continuer ?

King Khan : Je suppose que tout ça a commencé quand on était des ados.

BBQ : Oui c’est ça, quand on était jeune.

King Khan : Tu sais, ce moment où tu commences à écouter 13th Floor Elevator et à prendre des drogues récréatives, des trucs dans le style. Et puis après, tout le monde arrête l’école, on s’achète un van, on vit tous dans une grande maison, on fait de la musique tout le temps, on reprend un peu de drogue…

BBQ : En fait on a jamais vraiment voulu vivre une vie normale.

King Khan : Et puis on avait pas trop de pression. Quand j’étais plus jeune, je trouvais les vinyles de ces groupes complètement géniaux mais qui ne ressemblaient à rien et d’une certaine façon ça m’a influencé. Je me suis dit « C’est ça la musique », c’est faire un truc qui passe inaperçu et peut être que dans 20 ans un gamin quelque part tombera sur moi et se dira que je suis cool.

Faire du rock garage en 2016, c’est osé.
Pourquoi ce mouvement ? Et comment arrivez-vous à le faire perdurer ? 

King Khan : Osé ?? Non !!!

BBQ : Maintenant, les groupes commencent à faire de la musique parce que c’est cool. Et ils ne survivent pas !

King Khan : Alors que nous on est comme les cafards, on lâche rien : on a toujours aimé le garage, on en a toujours joué et c’est ce qu’on veut laisser à nos enfants en héritage donc on est toujours là.

Vous ne faites pas ça pour suivre une mode en fait ? 😉

King Khan : Pas du tout. Les Black Lips, nous et d’autres groupes on s’inscrit dans une longue tradition du rock garage, on en a énormément écouté pour s’imprégner de cet esprit. Maintenant, t’as une jolie coupe de cheveux et une putain de moustache tu te sens autorisé à faire du son.

Vous avez tous les 2 des formations à côté, est-ce que « King Khan & BBQ » c’est un peu votre projet détente à tous les 2, où vous pouvez vous retrouver et faire du son en toute liberté ? 

BBQ : Tout ce qu’on fait on le fait en totale liberté. Mais entre nous deux, il y a cette énergie particulière c’est vrai, c’est pour ça qu’on a monté King Khan & BBQ Show.

King Khan : Quand on est ensemble en fait, c’est comme si on avait 12 ans. Ouai, deux gamins de 12 ans avec une bouteille d’absinthe et un sachet de weed. On passe 80% de notre temps à se marrer et 20% du temps à bosser. Mais c’est peut être pour ça que ça marche d’ailleurs, parce qu’on est assez honnête dans notre démarche.

BBQ : Moi ce que j’aimerais, c’est que quand des gamins tombent sur King Khan & BBQ Show ils se disent « C’est quoi être populaire ? En fait on s’en fout, on fait ce qu’il nous plait, ce qui nous semble populaire à notre niveau et le reste tant pis ». Si tu fais des trucs qui ne te rendent pas heureux, tu vas vieillir, tu vas le regretter et ça sera de la merde.

Vous avez déjà répondu un peu à cette question mais vous passez du temps entre potes en dehors de la scène ou votre relation est uniquement professionnelle ?

King Khan & BBQ : « No way » !!!! (rires)

King Khan : C’est comme pour le reste, ça sert à quoi de faire un groupe comme King Khan & BBQ Show si tu ne t’entends pas bien avec ton partenaire ?

BBQ : Pendant quelque temps, on s’est pris la tête à mort avec King Khan, on n’a plus tourné ensemble jusqu’à ce que ça revienne. ça n’a aucun sens si tu n’es pas ami en fait !

King Khan : À moins que vous soyez les Ramones ! (rires)

Est-ce que vous pouvez nous expliquer tout votre délire autour du déguisement ?

King Khan : Je n’y pense pas comme à un déguisement mais plutôt comme un uniforme qui serait capable d’amener le public à un nouveau niveau de stupidité en fait. Et plus sérieusement, c’est aussi pour montrer que les diktats du corps, tout ça, on s’en fout.

BBQ : Dans certains concerts, les gens dans la foule n’osent pas bouger ou danser parce qu’ils sont trop occupés à regarder autour d’eux ce qui est cool ou pas de faire. Ils ne sont pas eux mêmes.

King Khan : Alors on espère que nos tenues aident notre public à se sentir à l’aise et à se lâcher comme ils le souhaitent. Ça nous fait trop plaisir quand on voit des gens venir aussi déguisés à nos concerts !

Ce soir, vous allez jouer à la Mécanique Ondulatoire où vous allez sûrement encore tout donner.
Quel est le concert dont vous êtes sortis le plus fier ?

King Khan : Je ne sais pas si c’était le meilleur, mais quand on a joué à l’Opéra de Sidney c’était plutôt épique. En tout cas c’est certainement celui que citerait ma mère ! (rires)

BBQ : Je ne parlerais pas vraiment d’un concert en particulier, mais plutôt des rencontres qu’on a pu faire grâce à notre musique. On a jamais voulu être un énorme groupe, ça a jamais été le plan, et quand tu te retrouves face à Lou Reed ou les Cramps et qu’il y a un respect mutuel, c’est assez incroyable pour nous même encore maintenant !

King Khan : Parfois on est tombé sur des connards et ça nous a pas mal ruiné le mythe aussi. Mais bon, pense aux nombres de gens que tu détestes et qui aiment le Brian Jowneston Massacre, c’est ça la vie ! (rires)

Toujours sur les concerts, quel est le pays le plus fou où vous ayez tourné ?
Et ça serait quoi votre tournée de rêve tout les deux ?

King Khan : On a joué à Jakarta une fois et on a mangé un cobra (et bu son sang) avant de monter sur scène. Comme l’équipe de foot locale.

BBQ : Finalement, vu comment le monde tourne en ce moment, il n’y a plus vraiment d’endroit plus « fou » que d’autre.

King Khan : C’est plutôt les situations dans lesquelles on se retrouve. Une fois, on était dans une petite ville du Texas à la frontière Mexicaine à jouer dans un vieux ciné des années 50. On a commencé à discuter avec un vieux qui pouvait parler aux animaux et c’était un échange génial !

BBQ : Notre chance, c’est qu’on attire les gens qui ont des histoires de fous et qui ont envie de les partager avec nous. C’est magique !

(est-ce parce qu’ils seraient un peu fous eux-mêmes ? On vous laisse juger avec ce live, ndlr)

Et il vous reste encore un endroit où vous adoreriez jouer mais que vous n’avez pas encore fait ? 

BBQ : Je rêvais de l’Australie mais du coup on y est allé quelques fois avec King Khan & BBQ Show…

King Khan : L’espace !

BBQ : Ou bien l’intérieur de la terre.

King Khan : Dans un volcan.

BBQ : On se miniaturise pour jouer à l’intérieur du corps de quelqu’un !

King Khan : Dans l’anus d’un chien !

(rires)

Sinon, est-ce que vous êtes prêt à accueillir tout les groupes psyché américains
chez vous au Canada quand Trump sera élu ?

BBQ : (rires) Je trouve ça assez drôle que les américains, après s’être foutu de nous pendant des années, se disent d’un coup « Oh c’est pas grave on déménagera au Canada ». Genre, c’est cool !

King Khan : On leur donnera une île à la limite.

Vous y vivez toujours ? 

King Khan : Non on habite tous les deux à Berlin maintenant. On a grandi là-bas et je pense qu’on a vu le Canada sous son plus mauvais jour. Les Canadiens persécutaient les indiens à ce moment là (les « Natives Americans » ndlr) et c’était pas vraiment cool. Ils ont construit la réserve à côté de l’usine de traitement des eaux usées dans notre ville ce qui fait que ça sentait la merde partout l’été, des policiers ont violé ou abusé de filles indiennes et personne ne disait rien. On a vu le côté malsain du Canada et on était plutôt content de partir en fait !

BBQ : Il y a aussi ces gamins en ce moment qui font des sortes de suicide collectif parce que c’est trop dur pour eux ou bien ces jeunes indiens parqués à 15 dans des maisons dans le Nord alors qu’à côté d’eux des mecs pillent tous les saumons de la région, les privant des ressources qu’ils pourraient avoir. Comme je disais, c’est vraiment la folie partout…

(silence)

(mais pas de malaise, ndlr)

Pour terminer sur une note plus légère, la question du Limo, si vous étiez une boisson vous seriez quoi ?

BBQ : Je serais du lait maternel avec de l’absinthe ! (rires…)

King Khan : Quand on était jeune, on allait tout le temps dans un club qui servait un shoot « The Bloody Brain ». Un truc avec de la vodka, du lait et de la grenadine qui se solidifie pour faire comme un cerveau baignant dans du sang. Tout est dans le visuel !

Merci beaucoup King Khan & BBQ Show pour cette interview !

Et merci à la Méca d’avoir joué les intermédiaires. N’hésitez pas à aller voir leur prog ici, pleine de bon concerts, de pogos et de bières !

Peace !

Clémence DL

Clémence DL

Chroniqueuse rock du Limo mais ouverte d'esprit.
Sur une île déserte, j'emporterais "Meddle" de Pink Floyd et "Ziggy Stardust" de David Bowie.
Et je deteste le Nutella.
Mon Cocktail Préféré :
Le Picon-Bière
Clémence DL

Les derniers articles par Clémence DL (tout voir)

  • INTERVIEW | King Khan & BBQ Show - 24 mai 2016
  • Interview | Lenparrot – Naufrage EP - 19 avril 2016
  • Le guide des festivals 2016 (Part 1/2) - 6 avril 2016

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Le Limonadier 23806 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines