Magazine Culture

14-18, Albert Londres : «Sarrail était ce matin d'humeur rose»

Par Pmalgachie @pmalgachie
14-18, Albert Londres : «Sarrail était ce matin d'humeur rose» Sarrail au milieu de ses troupes
(De notre envoyé spécial.) Salonique, … mai. Moi, disait un jour le général Sarrail, je n’ai pas de revue sur la conscience, je sais trop ce que c’est que l’astiquage des boutons. Si le général ne fait pas aligner ses hommes pour leur mesurer la longueur des poils, en revanche il prend son auto et s’en va leur adresser la parole au hasard des chemins et des champs. Ce matin à cinq heures, il quittait son quartier pour la route de Serrès. Je l’ai rencontré. Sarrail est de haute taille, il ne la redresse pas, il est fin de silhouette et de traits. Ses cheveux sont gris perle et frisent en l’air. Ses yeux sont bleus, son regard vif. Quand il se tient dans une attitude familière, il a les mains dans ses poches ; à l’abord il est d’allure réservée, il n’appelle pas l’expansion et l’on n’est pas son ami parce qu’on le lui dit. En revanche, quand on l’est, on n’a pas besoin de le lui dire. Il est froid, clair, entier dans son coup d’œil. Son coup d’œil lancé, son but saisi, il se décide et quand il a décidé, résolument l’œuvre commence. Elle va silencieuse et tenace. Une fois son esprit fixé, ce qui lui importe c’est ce qu’il fait, non ce que l’on pense de ce qu’il fait. On peut venir lui dire : « Voilà ce qu’il faudrait faire » il ne répondra pas que c’est ce qu’il fait, il se contentera de vous dire : « Avez-vous fait un bon voyage ? » Quand il a voulu, c’est dit. Son œuvre se poursuit calme, méthodique, sûre, tout y collabore. Petites choses, vous n’êtes plus petites dès que vous êtes apparentées de loin ou de près au résultat total. Le chef se penche sur vous, vous regarde, vous retourne comme si vous aviez une grande importance. Chaque pensée, chaque acte, chaque geste est un apport quotidien à la somme qu’il doit amasser et la journée qui vient ajoutera à la journée précédente, car il ne se fie pas à l’intensité de la dernière heure. Persévérant et volontaire, de l’aube à la nuit et pendant la nuit aussi il laboure son champ ; sa charrue grince parfois sur les pierres et dévie, quand elle grince il la laisse grincer, quand elle dévie il la repose à côté et… hue ! les bœufs ! Parmi ses « Poilus » Il était bien maintenant cinq heures vingt. L’auto filait son fanion claquant. Les soldats, sur le bord de la route, soit qu’ils se rasent, ou quoi qu’ils fassent tendaient la tête ; comme ils ne voyaient pas distinctement, on comprenait à leur façon de regarder qu’ils se disaient : « Qu’est-ce que c’est encore que celui-là ? » Ceux qui devinaient saluaient, ceux qui ne devinaient pas, après un temps d’arrêt, reprenaient placidement le raclage de leurs joues. Les kilomètres passaient. Les enfants grecs se rangeaient militairement, les enfants grecs aiment beaucoup les gestes militaires, ils se mettent au garde à vous, portent la main à leurs cheveux, suivent les armées. Et des régiments avançaient sur la route. Sarrail faisait arrêter sa voiture, descendait. Il était ce matin d’humeur rose. Il avait les mains dans ses poches et la grâce sur la figure. Par contre quand vous le voyez absorbé et qu’il élève la voix et qu’il devient rouge, il vaut mieux attendre et repasser un autre jour. Mais aujourd’hui tout va. Il regarde ses soldats : — Ça tire ? — Ça tire un peu. Il remonte en voiture. — Ah ! mais ! fait-il, voilà qu’ils me cassent des arbres, pas de ça ! Moi je suis Méridional, je sais trop avec quelle peine ils repoussent. Il ne faut pas non plus qu’ils m’abîment les tombes des Grecs. Je vais leur dire ça », dit-il toujours de son humeur rose. Il descend et il rencontre le général commandant la division et lui dit en lui serrant la main : — Il faut leur dire qu’ils ne me coupent pas les arbres, et qu’ils fassent aussi attention aux tombes. Trois officiers passent à cheval. Il redescend. — Bonjour, messieurs ! Les officiers se redressent. — Vous allez bien ? Et comme il sourit, les officiers pensent : « Ça va », et les officiers sur leur selle, le corps penché vers le général qui est à pied, causent et rient. — Qu’est-ce que vous faisiez dans le civil ? — Entrepreneur… Puis le général continue sa route, traverse les champs, s’enfonce dans la boue. Il a de la bonté plein son regard, on sent qu’il voudrait laisser du bonheur sur ses pas. On peut être le chef de la vie et de la mort des hommes, et sentir parfois le plaisir d’être l’ami de leur cœur. Il rencontre un commandant : — Tout va bien ? — Tout va bien, mon général. — Vous n’avez rien à me demander ? — Rien, mon général. Le commandant a raté le coche. Le général aimerait à accorder ce matin. Il remonte en voiture. Une batterie de montagne défile. Il redescend. — C’est vous qui avez tiré hier ? — Oui, mon général. — Ça va ? — Ça va, répond le soldat interrogé. Il remonte en voiture. Un artilleur nouvellement arrivé demande : — C’est le général Sarrail, ça ? — Oui, il te plaît. — Y m’va. L’auto roule vers un certain endroit où le chef doit voir un commandant. — Ah ! ce commandant veut me voir, dit-il. Bien, il va me voir. C’est là. Le commandant est appelé. Et les voilà qui, sur la route, marchent tous les deux. Oh ! oh ! la discussion s’élève, le commandant se défend, fait des gestes, le général aussi fait des gestes. Ils se promènent. Ça dure. On voit au sourire du général que le commandant a gagné son procès. Sur la route de Sofia et de Constantinople … Le canon tonne. Le général est dans cette grande plaine de Macédoine. Il regarde. Voilà son champ de bataille à lui, voilà son point de départ. Il regarde. Sur la route se trouve une tombe plus grande que toutes les autres. C’est celle d’un chef de bande grecque que les guerres balkaniques ont étendu là. Une pierre blanche la domine. Sur cette pierre on lit : « Tu es tombé au milieu de la route et tu es encore loin de Sofia et de Constantinople. » Sarrail aussi est encore loin de Sofia et de Constantinople – mais lui n’est pas tombé.
Le Petit Journal, 29 mai 14-18, Albert Londres : «Sarrail était ce matin d'humeur rose» La Bibliothèque malgache édite une collection numérique "Bibliothèque 1914-1918". Au catalogue, pour l'instant, les 15 premiers volumes (d'une série de 17) du Journal d'un bourgeois de Paris pendant la guerre de 1914, par Georges Ohnet (1,99 € le volume). Une présentation, à lire ici. Et le récit, par Isabelle Rimbaud, des deux premiers mois de la Grande Guerre, Dans les remous de la bataille (1,99 €).

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pmalgachie 8645 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines