Magazine Concerts & Festivals

Oasis – Standing On The Shoulder Of Giants, un tournant radical dans l’histoire d’Oasis

Publié le 29 mai 2016 par Dookiz @merseysideband

oasis-standing-on-the-shoulder-of-giantsLe 28 Février 2000 sortait l’album Standing On The Shoulder Of Giants, quatrième album studio d’Oasis. Cet album n’a hélas pas laissé de souvenir impérissable dans la mémoire des fans du groupe, encore moins dans l’histoire du rock. Pourtant très injustement sous-estimé, il est d’une très grande importance dans l’histoire d’Oasis. Cet article va nous permettre de nous replonger à la découverte de ce chef d’œuvre oublié.

Survivre aux 90’s et à la britpop

Britpop
Les années 90 ont été une décennie incroyablement riche musicalement et continue à influencer actuellement. Grunge, rap, shoegaze, électro, rock alternatif américain, dance, et bien sûr ce que l’on continue d’appeler la Britpop. Un terme fourre-tout servant à désigner des groupes rock britanniques inspiré des groupes anglais des années 60 qui s’affirment en réponse au grunge qui arrive des Etats-Unis, Nirvana en tête de gondole évidemment. De cette scène sont sortis plusieurs groupes incroyables de talent comme Blur, Suede, Supergrass, Manic Street Preachers, The Verve, The Charlatans et bien sûr, Oasis dont la guitare Union Jack de Noel sera d’ailleurs un emblème de la britpop. Ainsi le groupe a sorti durant cette décennie 3 albums majeurs de la Britpop et plus encore, de la musique rock : Definitly Maybe, (What’s The Story) Morning Glory et Be Here Now. Cette scène musicale qui, avouons-le, était aussi un phénomène de mode avec ses codes culturels et vestimentaire, s’essouffle à la fin des ninety’s. Qu’importe, Oasis doit continuer et se renouveler pour continuer d’exister et faire face.

Un enregistrement difficile

mezzanine-massive attack
Avril 1999, Oasis entre en studio pour débuter l’enregistrement de leur nouvel album. Les sessions sont laborieuses et se déroulent dans quatre studios différents : Olympic, Supernova Heights, Wheller End en Angleterre et au Château de la Colle Noire dans le Sud de la France. C’est durant ces sessions d’enregistrement que va se produire un coup dur pour le groupe : les départs de deux membres fondateurs, Paul Arthur (dit Bonehead) et Paul Mc Guigan (dit Gigsy) préférant se consacrer à leur vie de famille. Qu’importe, l’enregistrement doit continuer. Noel Gallagher assurera toutes les guitares et les basses. Le groupe change également de producteur. Exit l’historique Owen Morris (ayant réalisé les 3 premiers albums qui les a propulsés au sommet) qui laisse sa place à Mark Spike Stent connu tant pour avoir produit Mezzanine de Massive Attack que des albums des Spice Girls ! Ainsi, fini le « wall of sound » et les basses inaudibles, place au psychédélique!

Un grand album

L’enregistrement terminé en Octobre 1999, Standing On The Shoulder Of Giants sortira au début du nouveau millénaire. L’album doit son titre à une citation de Newton. Cette phrase a été repéré par Liam Gallagher observant la tranche d’une pièce de deux Pound dans un pub. Elle est une métaphore : Oasis se tiens sur les épaules des géants du rock dont il réclame l’héritage : Beatles, Stones, Pink Floyd, The Jam, Slade, Bowie, The Smiths et bien d’autres. Cet album est très influencé par les sonorité des années 60 et 70. A la fois rock et psychédélique.
La plage d’ouverture Fucking In The Bushes est un instrumental fracassant et frénétique au rythme baggy qui ouvrira tous les concerts des tournées d’Oasis jusqu’à leur séparation. Il n’est pas sans rappeler Little Miss Lover de Jimi Hendrix et diffuse un message du festival Isle of Wight en 1970, preuve des influences 70′s de Noel Gallagher. Ce morceau est un warm-up impeccable.

S’ensuit Go Let It Out, premier single sorti pour la promotion de l’album.  Assez différent de ce qu’Oasis nous avait livré jusqu’alors. Les mellotrons sont de sortie et les basses mises en avant annoncent la couleur de l’album. A noter que le rythme d’intro a été samplé  chez Johnny Jenkins, guitariste de blues américain.


On ressent ainsi les influences de Pink Floyd, King Crimson ou Genesis dans Who Feels Love? (deuxième single de l’album), Gas Panic (l’une des meilleures composition de Noel Gallagher) et Roll It Over (qui clot l’album). Il y a du rock pêchu également pouvant évoquer AC/DC sur  ou I Can See a Liar. Noel Gallagher, comme le veut la tradition, se réserve deux titres sur lesquels il assure le chant : Sunday Morning Call (troisième et dernier single de l’album) et le somptueux Where Did It All Go Wrong où Noel est au sommet de son art.

Ce quatrième opus d’Oasis offre pour la première fois dans la carrière du groupe un (maigre) espace de composition à Liam qui signe seul Little James en hommage à son fils où plane l’esprit de John Lennon. Même s’il faut avouer la relative pauvreté de la composition, surtout portée par des arrangements qui lui donnent de la consistance Les faces B accompagnant les singles de Standing On The Shoulder Of Giants sont les dernières à être de très grande qualité. Ainsi on retiendra Let’s All Make Believe, (As Long As They’ve Got) Cigarettes In Hell ou encore One Way Road qui sera reprise quelques années plus tard par le grand Paul Weller.

Changer pour se renouveler

Il n’y a pas que la musique qui change chez Oasis. Fini la collaboration avec Brian Cannon et Michael Spencer Jones pour la partie artwork. La pochette de l’album mais aussi celle des singles sont consacrée à New York. Le groupe voudrait-il s’attaquer franchement au marché américain ? Le line-up du groupe change également pour la tournée qui va suivre la sortie de album. Ainsi, Gem Archer (ex Heavy Stereo) et Andy Bell (ex Ride) remplacent Bonehead et Gigsy respectivement à la guitare rythmique et à la basse. Ils resteront au sein du groupe jusqu’à sa séparation en 2009.

Au-delà de la grande qualité de ses compositions, Standing On The Shoulder Of Giants marque ainsi un tournant radical dans l’histoire d’Oasis qui, que l’on veuille ou non, reste un groupe de rock majeur. Pour comprendre ce qu’Oasis est devenu au cours des années 2000 et donc son déclin progressif, il faut connaître Standing On The Shoulder Of Giants. Le NME a d’ailleurs inclus cet album dans son classement des chefs d’œuvres perdus de l’histoire du rock. Alors rien que pour ça, découvrons ou redécouvrons ce très grand album !

oasis-standing-on-the-shoulder-of-giants
Le 28 Février 2000 sortait l’album Standing On The Shoulder Of Giants, quatrième album studio d’Oasis. Cet album n’a hélas pas laissé de souvenir impérissable dans la mémoire des fans du groupe, encore moins dans l’histoire du rock. Pourtant très injustement sous-estimé, il est d’une très grande importance dans l’histoire d’Oasis. Cet article va nous permettre de nous replonger à la découverte de ce chef d’œuvre oublié.

Survivre aux 90’s et à la britpop

Britpop
Les années 90 ont été une décennie incroyablement riche musicalement et continue à influencer actuellement. Grunge, rap, shoegaze, électro, rock alternatif américain, dance, et bien sûr ce que l’on continue d’appeler la Britpop. Un terme fourre-tout servant à désigner des groupes rock britanniques inspiré des groupes anglais des années 60 qui s’affirment en réponse au grunge qui arrive des Etats-Unis, Nirvana en tête de gondole évidemment. De cette scène sont sortis plusieurs groupes incroyables de talent comme Blur, Suede, Supergrass, Manic Street Preachers, The Verve, The Charlatans et bien sûr, Oasis dont la guitare Union Jack de Noel sera d’ailleurs un emblème de la britpop. Ainsi le groupe a sorti durant cette décennie 3 albums majeurs de la Britpop et plus encore, de la musique rock : Definitly Maybe, (What’s The Story) Morning Glory et Be Here Now. Cette scène musicale qui, avouons-le, était aussi un phénomène de mode avec ses codes culturels et vestimentaire, s’essouffle à la fin des ninety’s. Qu’importe, Oasis doit continuer et se renouveler pour continuer d’exister et faire face.

Un enregistrement difficile

mezzanine-massive attack
Avril 1999, Oasis entre en studio pour débuter l’enregistrement de leur nouvel album. Les sessions sont laborieuses et se déroulent dans quatre studios différents : Olympic, Supernova Heights, Wheller End en Angleterre et au Château de la Colle Noire dans le Sud de la France. C’est durant ces sessions d’enregistrement que va se produire un coup dur pour le groupe : les départs de deux membres fondateurs, Paul Arthur (dit Bonehead) et Paul Mc Guigan (dit Gigsy) préférant se consacrer à leur vie de famille. Qu’importe, l’enregistrement doit continuer. Noel Gallagher assurera toutes les guitares et les basses. Le groupe change également de producteur. Exit l’historique Owen Morris (ayant réalisé les 3 premiers albums qui les a propulsés au sommet) qui laisse sa place à Mark Spike Stent connu tant pour avoir produit Mezzanine de Massive Attack que des albums des Spice Girls ! Ainsi, fini le « wall of sound » et les basses inaudibles, place au psychédélique!

Un grand album

L’enregistrement terminé en Octobre 1999, Standing On The Shoulder Of Giants sortira au début du nouveau millénaire. L’album doit son titre à une citation de Newton. Cette phrase a été repéré par Liam Gallagher observant la tranche d’une pièce de deux Pound dans un pub. Elle est une métaphore : Oasis se tiens sur les épaules des géants du rock dont il réclame l’héritage : Beatles, Stones, Pink Floyd, The Jam, Slade, Bowie, The Smiths et bien d’autres. Cet album est très influencé par les sonorité des années 60 et 70. A la fois rock et psychédélique.
La plage d’ouverture Fucking In The Bushes est un instrumental fracassant et frénétique au rythme baggy qui ouvrira tous les concerts des tournées d’Oasis jusqu’à leur séparation. Il n’est pas sans rappeler Little Miss Lover de Jimi Hendrix et diffuse un message du festival Isle of Wight en 1970, preuve des influences 70′s de Noel Gallagher. Ce morceau est un warm-up impeccable.

S’ensuit Go Let It Out, premier single sorti pour la promotion de l’album.  Assez différent de ce qu’Oasis nous avait livré jusqu’alors. Les mellotrons sont de sortie et les basses mises en avant annoncent la couleur de l’album. A noter que le rythme d’intro a été samplé  chez Johnny Jenkins, guitariste de blues américain.


On ressent ainsi les influences de Pink Floyd, King Crimson ou Genesis dans Who Feels Love? (deuxième single de l’album), Gas Panic (l’une des meilleures composition de Noel Gallagher) et Roll It Over (qui clot l’album). Il y a du rock pêchu également pouvant évoquer AC/DC sur  ou I Can See a Liar. Noel Gallagher, comme le veut la tradition, se réserve deux titres sur lesquels il assure le chant : Sunday Morning Call (troisième et dernier single de l’album) et le somptueux Where Did It All Go Wrong où Noel est au sommet de son art.

Ce quatrième opus d’Oasis offre pour la première fois dans la carrière du groupe un (maigre) espace de composition à Liam qui signe seul Little James en hommage à son fils où plane l’esprit de John Lennon. Même s’il faut avouer la relative pauvreté de la composition, surtout portée par des arrangements qui lui donnent de la consistance Les faces B accompagnant les singles de Standing On The Shoulder Of Giants sont les dernières à être de très grande qualité. Ainsi on retiendra Let’s All Make Believe, (As Long As They’ve Got) Cigarettes In Hell ou encore One Way Road qui sera reprise quelques années plus tard par le grand Paul Weller.

Changer pour se renouveler

Il n’y a pas que la musique qui change chez Oasis. Fini la collaboration avec Brian Cannon et Michael Spencer Jones pour la partie artwork. La pochette de l’album mais aussi celle des singles sont consacrée à New York. Le groupe voudrait-il s’attaquer franchement au marché américain ? Le line-up du groupe change également pour la tournée qui va suivre la sortie de album. Ainsi, Gem Archer (ex Heavy Stereo) et Andy Bell (ex Ride) remplacent Bonehead et Gigsy respectivement à la guitare rythmique et à la basse. Ils resteront au sein du groupe jusqu’à sa séparation en 2009.

Au-delà de la grande qualité de ses compositions, Standing On The Shoulder Of Giants marque ainsi un tournant radical dans l’histoire d’Oasis qui, que l’on veuille ou non, reste un groupe de rock majeur. Pour comprendre ce qu’Oasis est devenu au cours des années 2000 et donc son déclin progressif, il faut connaître Standing On The Shoulder Of Giants. Le NME a d’ailleurs inclus cet album dans son classement des chefs d’œuvres perdus de l’histoire du rock. Alors rien que pour ça, découvrons ou redécouvrons ce très grand album !

Merci à François pour cette belle chronique.

>>Retrouvez d’autres dossiers du rock indé ici<<

Pour suivre les news de rock indé, suivez Merseyside sur les réseaux sociaux :

Oasis – Standing On The Shoulder Of Giants, un tournant radical dans l’histoire d’Oasis
   
Oasis – Standing On The Shoulder Of Giants, un tournant radical dans l’histoire d’Oasis
  
Instagram-Icon

Oasis – Standing On The Shoulder Of Giants, un tournant radical dans l’histoire d’Oasis

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Dookiz 5513 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte