Magazine Culture

Ady Suleiman, la force tranquille (interview)

Publié le 30 mai 2016 par Urbansoul @urbansoulmag

For the English version, click RIGHT HERE.

J’écris ce billet depuis Brighton, où mon amie Charlotte m’a fait découvrir Ady Suleiman il y a maintenant un an. Je n’ai cessé d’espérer sa venue de l’autre côté de la Manche depuis et mes prières ont enfin été exaucées, du moins à moitié, puisque le chanteur britannique se produisait en première partie de Leon Bridges le 13 mai dernier à Louvain.

Après avoir assisté à son set accompagné de son guitariste Ed Black et de son bassiste Eric Appapoulay, je l’ai retrouvé dans les coulisses de la salle Het Depot, où j’ai découvert une vraie force tranquille. Souriant et très bavard, Ady semble un adepte de la cool attitude, une philosophie qu’il applique également à sa musique, fruit de nombreux freestyles et jam sessions. Entre les esquisses de chansons de ses débuts et ses voyages improvisés au gré de ses singles, l’artiste de 23 ans va où le vent le porte, sans jamais se prendre la tête.

Et cela se ressent à travers ses morceaux, dont son dernier titre Running Away revisité par le Jamaïcain Winta James et disponible depuis le 29 avril. L’ode reggae fera d’ailleurs l’objet d’un EP de remixes le 10 juin prochain, avec la participation de The Social Experiment (Ady étant déjà apparu aux côtés de Chance The Rapper sur Rememory, en featuring avec Erykah Badu). D’ici là, je vous propose d’en savoir plus sur le lancement de sa carrière, son premier album à venir, ses collaborations avec SMV et Grades, son label Pemba Records et sa terrible expérience en tant que DJ… Restez connectés pour la deuxième partie avec notre quiz musical !

Aimez Ady, suivez Ady.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Urbansoul 6753 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines