Magazine Cinéma

Prix relay 2016 : Quoiqu'il arrive : une histoire, trois variations

Par Filou49 @blog_bazart
31 mai 2016

quoiqu'il

«La meilleure mère n’était peut-être pas, contre toute attente, celle qui tentait de protéger ses enfants, mais celle qui était franche, heureuse, fidèle à sa personnalité et à ses propres désirs.»

. Quoi qu'il arrive; Laura Barnett  est le deuxième reçu dans le cadre du Prix Relay des Voyageurs-Lecteurs. reçu juste après  après le roman de guerre- un tout autre genre de Richard Flannagan.

Quoiqu'il arrive, c'est d'abord  le titre d'un tableau peint par Jim, l'un  des deux personnages principaux du livre.  Le sujet de ce tableau c'est '' la multitude des chemins que l'on n'emprunte pas, la multitude des vies que l'on ne vit pas ".

Et c'est précisemment t ce que nous raconte ce roman qui va broder   trois versions d'une même rencontre.  Le récit se déroule sur plusieurs années :  de 1958 à 2014 les personnages évoluent selon les circonstances imposées par la vie et les différents choix qu'ils font eux mêmes,  réussites,  échecs,  trahisons, les versions s'entrecroisent.

Et ces trois versions se poursuivent. Ainsi chaque période de leur vie est racontée successivement de trois manières, avec des versions portent simplement des chiffres, un deux ou trois.

On a tous imaginé notre vie si jon avait pris d'autres chemins, d'autres décisions à un moment donné bien précis.Est on vraiment l'acteur de sa vie ?  L'auteur se pose et nous pose la question.

L’effet papillon  : procédé souvent utilisé au cinéma, mais moins utilisé en livre ( sauf effectivement dans le superbe « Un jour » de David Nichols à qui le bandeau de la couverture du livre fait justement référence).

S'il  faut louer la performance de Laura Barnett,qui réussit  ainsi à jongler entre trois histoires, s'entremêlant, se rejoignant parfois, divergeant souvent, et de réussir à mener à bien l'évolution, le parcours et le destin de tous ses personnages,   le  résultat n'est malheureusement pas toujours aussi lisible qu'on aimerait qu'il soit : on s’y perd, parfoit , faute de  pouvoir prendre des repères, et de se souvenir précisément de ce qui était raconté dans les trois versions.

Bref, il faut parfois un peu s'accrocher pour tout suivre, mais ce roman sur les choix, les possibilités, avec un dénouement particulièrement émouvant, reste  original et touchant, doté de beaux personnages. 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Filou49 15144 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines