Magazine Cinéma

Money monster; le thriller deux en un qui confirme tout le talent de Jodie Foster!

Par Filou49 @blog_bazart
07 juin 2016

moneymo

 A Cannes, lors de sa présentation hors compétition, Money Monster,  le quatrième film réalisé par l’actrice renommée Jodie Foster, a été un peu comme le magnifique dernier film de Pedro, accueilli avec une certaine circonspection par les festivaliers.

Et, un peu à l'instar de "Julieta", cette tiédeur généralisée montre bien le coté assez grincheux de ces mêmes festivaliers, car pour avoir vu le film en salles en même temps qu’il fut projeté, Money Monster est un excellent film qui prouve une nouvelle fois le talent et l’intelligence de Jodie Foster cinéaste.

La dernière fois qu’on avait eu des nouvelles de Jodie cinéaste c’était pour son "Complexe du castor" belle chronique intelligente et sensible sur la dépression et l'image que l'on renvoie à l'autre avec un Mel Gibson en phase de réhabilitation après ses déboires extra cinéma (une réhabilitation qui a continue lors de ce dernier festival de cannes ou notre MAD max premier du nom a présenté son dernier film).

Jodie Foster, star américaine, mais dotée d’une sensibilité toute européenne, prouve qu’elle est aussi bien inspirée pour ses scénarios de film qu’elle réalise qu'elle l'était jadis pour ses choix de comédiens ( inutile de rappeler qu’elle a commencé dans Taxi Driver et qu’elle a joué dans les anthologiques Le Silence des agneaux, ou l'excellent mais sous estimé "Les accusés ").

money-monster-de-jodie-foster-11541055avptx

Critique assumée du capitalisme et des rouages économiques, Money Monster confirme en effet tout le bien qu’on peut penser de son cinéma, avec une œuvre qui est un peu un deux en un avec deux thématiques différentes pour le prix d’un et deux sujets abordés de manière assez frontale avec une audace et une efficacité qui fait plaisir.

Le film est une critique à la fois du  monde de la finance et de l’argent facile avec les boursicoteurs sans scrupules,  et du monde des médias qui régurgite de l’information sans réfléchir et sans penser aux conséquences de leurs inconséquences.

Cette intrigue qui détaille sur quelques heures une prise d'otage, dans un studio télé d’un animateur spécialisé dans la finance permet ainsi la mise en place d’un très bon thriller socio politique, pas loin des meilleurs films de  Sydney Lumet dans les années 70, avec une vision globale et précise d'une Amérique gangrénée par l’argent et l’ultra communication , une Amérique dans lequel il s’avère bien difficile de lutter contre certains systèmes injustes et totalitaires qui sont mis en place depuis plusieurs années sans que personne ou presque ne trouve à redire.

money

Money Monster est sans doute déjà un peu dépassé dans son aspect critique des médias (ca a été une des critiques entendues à Cannes), mais cette réserve est minime par rapport à la belle construction du scénario, qui est très ingénieusement construit (on apprécie particulièrement les beaux allers-retours plateau/régie toujours sur la corde raide,) et qui aussi a le courage d'éviter le manichéen et le happy end.

On apprécie notamment que les personnages  du film - à part peut être le grand patron joué par un Dominic  West loin de son rôle dans The Affair échappent aux stéréotypes souvent de mise dans un thriller en nous faisant partager leurs états d’âmes et leurs basculement intérieur.

Porté par un duo Julia Roberts/George Clooney à la complicité  évidente et qui réserve les scènes les plus légères dans ce climat pr ailleurs tendu et oppressant, ce thriller humain et intelligent prouve une nouvelle fois que Jodie Foster cinéaste mérite mieux qu’un simple intérêt poli dont elle semble fait généralement preuve.  

.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Filou49 15144 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines