Magazine Culture

Fallait Pas, Esteban

Publié le 18 juin 2016 par Hunterjones
Fallait Pas, Esteban "...The boy's a time bomb..."     - Armstrong, Frederiksen/Freeman
Fallait pas.
T'as fait reculer ta cause de 100 ans.
Viva la revolucion?
Tu t'es pris pour Zapata
Raté. Je n'ai rien entendu de ton intervention au micro plus tôt dans la fin de journée de jeudi lors de la vigile en l'honneur des morts inutiles d'Orlando. Tout le monde y était pour commémorer la mémoire des gens tués au Pulse en Floride, très majoritairement des homosexuels ou des transgenres. Tout le gratin de la communauté LGBT s'était pointé, jeudi à Montréal. Tout le monde y a glissé un mot. Toi aussi. Au nom du Pink Bloc. Peut-être était tu alors pertinent. Mais après...Oh Esteban, après... Fallait Pas, Esteban
Happé par l'émotion du moment, une émotion galvanisée par une foule, sotte de huer des ministres qui s'étaient déplacés en soutien à tout ce beau monde, emporté par le flot de haine qui traversait les gens. Une haine franchement mal calibrée, tu as voulu t'approprier le moment à toi tout seul. Tu as branché tous les projecteurs, les quelques 50 projecteurs qui avaient tous un nom, des noms présentés après ta connerie sur le premier ministre, mais que tout le monde entendait et découvrait, tout en repensant à ce moment surréaliste que tu as offert. Fallait Pas, Esteban
Tu ne voulais pas qu'une certaine droite s'approprie le moment. En un seul geste mal calculé, tu as donné raison à tout ceux qui disent que l'homosexualité, la communauté LGBT, est d'abord et avant tout guidé par une très grand immaturité émotive. 
Tu as fait reculer ton mouvement. Fallait Pas, Esteban
Y a des coups de têtes qu'il vaudrait mieux rembobiner dans le film de la vie.
 Tu te dis fier de faire chier le ministère et le patriarcat. Regarde bien les deux maintenant te ficher. Pour toujours. Ils t'auront à l'oeil. Tout le temps. Ce seront eux qui te feront chier.
C'était quoi le message? Exorciser une agression par une autre, plus molle?
Avoir eu un stylo à la main, tu aurais crevé l'artère du cou du premier ministre? On est en droit de se le demander. C'est pour ça que tu seras fiché. Incapable de gérer ses émotions, de freiner ses impulsions comme ça. C'est un drapeau rouge sociétaire. 
Fallait Pas, Esteban Et ce drapeau rouge au moment même où Richard Bain subit son procès pour meurtre, tentative de carnage et incendie volontaire. Richard Bain avait tenté, on s'en souvient trop, d'assassiner "la bitch"(ses mots) Pauline Marois, première femme à être élue Premier Ministre dans la courte histoire du Québec. Voulant la tuer, et probablement en tuer d'autres, il a tué Denis Blanchette, un honnête et modeste travailleur. Agresser du premier ministre physiquement, c'est criminel. Bain, une fois contrôlé par les forces de l'ordre, a hurlé dans la nuit. "The english are rising!". Fallait Pas, Esteban
Quand Esteban était escorté par des gardes du corps et des gens d'autorité, les pieds sous les bras de l'un, la clé de bras autour du cou, la taille transportée à bras, on l'a aussi entendu lancer un appel dont le bon sens a commandé la surdité. Il a crié "solidarité!"
Personne, mais alors personne ne comprend à ce jour, ce à quoi tu fais référence, Esteban.
Solidarité à quoi Esteban?  Fallait Pas, Esteban
Au déséquilibre?
Au désordre?
Trouvez maintenant un ministre qui voudra se pointer aux activités de la communauté.
Rien n'était équilibré dans ce que tu as fait. 
Ce que tu as fait avec ton corps demande un fameux courage. Ce que tu as fait au corps de Couillard, aussi bête soit-il, était plutôt lâche. 
Déplacé.
Futile.
Fallait Pas, Esteban Et te sera coûteux.
Militer c'est important. Il y a le bon militantisme et le mauvais. Tu as été très très mauvais. Affreux. Tu as été un contre-exemple.
Tu veux qu'on respecte ton corps. fallait respecter celui des autres.
Ce n'est pas un petit bout de papier que tu as lancé sur le Premier Minus.
C'est un pavé que tu as jeté dans la mare.
Et c'est le reste de ta vie publique que tu as foutu en l'air d'une certaine manière. Fallait Pas, Esteban
Jamais je n'ai pensé à toi autrement qu'en te considérant comme un gars durant la rédaction de toute cette chronique et ce, le plus naturellement du monde. Sans effort.  Parce que sans te connaître, je t'avais d'emblée accepté ainsi.
Ça c'était pas possible au temps de Zapata. Ne nous y ramène pas.
Fallait pas.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Hunterjones 432 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines