Magazine Culture

Du troubadour Peire Vidal (XIIème s.)

Publié le 20 juin 2016 par Dubruel
Ges car estius es bels e gens

Bien que l'été soit agréable,

Je demeure inconsolable.

Ma mie, si sensible autrefois

À mes compliments courtois,

Les rejette maintenant

Du revers de son gant.

Si j'ose encore lui dire

Avec mon plus galant sourire

Quelques tendres mots,

Elle me tourne le dos.

Elle a lancé au feu

Mes lettres et mes chansons

Pourquoi tant de mépris, mon Dieu ?

J'en perds la raison.

Jour et nuit, je pleure.

Qu'il est grand mon malheur !

Il n'en finit pas cet hiver

Depuis que le pauvre trouvère

A été abandonné par sa mie !

Pourquoi est-elle partie ?

Quand des seigneurs, devant moi,

Font son éloge, j'enrage chaque fois.

Si certains la blâme, ah oui

Je me réjouis !

J'exulterais si la maladie

La clouait au lit.

Je crierai hourrah

Le jour où la Faucheuse

Emportera

Cette gueuse.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dubruel 73 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine