Magazine Cinéma

[Trailer] Sharknado 4

Par Onrembobine @OnRembobinefr
[Trailer] Sharknado 4

Partager la publication "[Trailer] Sharknado 4"

Les requins volants dans des tornades sont de retour ! Et c’est fois-ci, c’est sur la côte ouest qu’ils ont décidé de frapper. À San Francisco, mais aussi à Las Vegas, quelques 5 années après le dernier combat du héros de l’Amérique, Fin Sheperd…

Pourquoi laisser tomber une franchise qui ne coûte rien mais qui rapporte un max ?! C’est probablement cette réflexion qui a poussé les producteurs de Sharknado a enfiler les épisodes, après le succès aussi inattendu que massif du premier volet. L’occasion d’amasser les dollars mais aussi, en ce qui concerne les comédiens comme Ian Ziering (le Steve de Beverly Hills) et Tara Reid (American Pie), de s’offrir sur le petit écran une seconde jeunesse et pour l’opportuniste sympathique David Hasselhoff, de continuer à cachetonner dans des bons vieux navets où il peut faire preuve de toujours plus d’auto-dérision.

Intitulé Sharknado : The 4th Awakens, en référence à Star Wars : Episode VII – The Force Awakens, ce nouveau film voit donc revenir le casting qui a, ne serait-ce qu’un peu, contribué à son succès (les vrais stars restent les requins en images de synthèse) et fait suite à la bataille dans l’espace complètement ubuesque qui clôtura le troisième volet. Jouant avec le cynisme qu’on lui connaît sur les tendances, Sharknado 4 a ainsi basé sa promo sur des détournements balancés à la va-vite des phénomènes du moment comme Star Wars donc, mais aussi Game of Thrones, comme peut l’illustrer la dernière bande-annonce en date, qui nous cause du retour d’April, le personnage incarné par Tara Reid, en comparant la chose au retournement majeur de la saison 6 de Game of Thrones.

Un trailer qui rassure en cela qu’il promet à nouveau un grand n’importe quoi bien foutraque. Le succès et l’argent n’ont pas poussé les producteurs à soigner la forme ou l’écriture. Ici, tout va mal mais c’est aussi pour ça qu’on s’y intéresse. Pousser tous les compteurs dans le rouge, enchaîner les scènes parfaitement bancales et les blagues hyper limites et le tour est joué. Si on rajoute à la sauce des comédiens pas dirigés du tout, qui en font des caisses, la coupe est pleine, et au fond, c’est plutôt logique, même si à la longue, la blague peut user. Pour les amateurs avant tout donc !

Rendez-vous sur la chaîne SyFy le 31 juillet pour découvrir le film !

@ Gilles Rolland 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Onrembobine 57561 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines