Magazine Culture

Comment les vinyles blancs de Radiohead ont disparu ?

Publié le 27 juin 2016 par Swann
Comment les vinyles blancs de Radiohead ont disparu ?

How to disappear completely? C'est une question que se posent quelques disquaires indépendants français. A quel sujet ? Des vinyles collectors de A Moon Shaped Pool de Radiohead. Pour fêter la sortie du nouvel album, Radiohead a sorti une édition limitée de vinyles blancs. Des vinyles qui devaient être distribués exclusivement par des disquaires indépendants choisis par le groupe anglais, lui-même. Une belle initiative de la part de Radiohead toujours soucieux de défendre la filière indépendante. Sauf que. Les vinyles ne sont jamais arrivés à destination. Pourtant, on soutient, mordicus qu'ils ont bien été envoyés. Quoi alors ? Se sont-ils évaporés ? Ils ont été perdus, dit-on. Et il n'y a aucune trace, nulle part de leur nouvelle destination. Étrange. Par contre, ils ont été retrouvés dans les rayons de la Fnac. Comme par magie. Ce qui fait pousser un énorme coup de gueule à Ground Zero. Et ils ont raison. Sur Facebook, ils expliquent le gros foutage de gueule. Et nous, on les soutient :

Vous le savez, depuis le 17 juin, date de sortie de " A Moon Shaped Pool ", Ground Zero à Paris et Total Heaven à Bordeaux attendent le dernier Radiohead au format vinyles blancs. Le groupe ayant demandé expressément que ces versions limitées soient distribuées exclusivement par un réseau indépendant des grandes enseignes. Une volonté politique. Un acte fort et responsable.
Après avoir reçu, une semaine durant, des messages contradictoires de Wagram, le distributeur du disque, concernant cette commande (" Les disques ont été envoyés par erreur chez Amazon "... " Nous faisons le maximum pour les récupérer "... " Cela semble plus difficile que prévu "...) ; Total Heaven à Bordeaux a été prévenu par courrier officiel de Olivier Gicquel, directeur des ventes France de Wagram, que les commandes (plus d'une centaine de disques à nous deux) sont définitivement perdues, égarées. On ne les reverra plus. Jamais.
Nous savons aussi que le 17 juin, ces mêmes disques ont été vendus à la Fnac de Bordeaux, par un vendeur reconnaissant qu'il " n'était pas censé les avoir ". D'autres copies auraient été vendues dans plusieurs magasins de l'enseigne, fait confirmé ce samedi par la directrice du rayon disque de Bordeaux, évoquant une erreur de livraison. Mais si c'est vrai, qu'en est-il de nos propres colis ? Ceux avec les disques " noirs " qui auraient été destinés aux Fnac ? Pourquoi n'avons-nous rien reçu ? En douze ans de métier, jamais on n'a vu de colis se perdre. Ça n'est pas possible. Il y a toujours une trace.
Au delà de la déception à titre personnel, nous sommes aussi déçus pour le groupe - qui a été très clair sur ses volontés de distribution, et nous sommes surtout déçus pour vous, nos chers clients et les fans - qui n'auront pas leurs disques tant attendus ; nous nous posons beaucoup de questions !!! Comment une erreur pareille est-elle possible ? Combien de disques en tout auraient été envoyé dans les Fnac ? Et surtout, pourquoi les ont-ils vendus en connaissance de cause ??
Nous savons que les pontes de la Fnac ont beaucoup de mal à accepter l'idée d'être écartés de ce type d'opération. Alors oui, nous nous posons la question : y-a-t-il eu malversation ?
Encore une fois, nous sommes désolés pour tous ceux qui nous ont fait confiance. Nous savons déjà que Beggars/XL Records (le label du groupe) ont fait une demande express de repressage de vinyles blanc pour répondre à ce manque. Nous sommes partagés entre des sentiments de grande colère et de totale impuissance. Nous nous sentons floués. Mais nous espérons bien découvrir le fin mot de l'histoire.
Nous vous tenons au courant.

À LIRE AUSSI >> Thom Yorke avant Radiohead


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Swann 74925 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte