Magazine Cinéma

The Strangers

Par Tinalakiller

réalisé par Na Hong-jin

avec Kwak Do-won, Hwang Jung-min, Chun Woo-hee, Kunimura Jun...

titre original : Goksung

Thriller, policier, fantastique, épouvante-horreur, drame coréen. 2h36. 2016.

sortie française : 6 juillet 2016

interdit aux moins de 12 ans avec avertissement
The Strangers

La vie d'un village coréen est bouleversée par une série de meurtres, aussi sauvages qu'inexpliqués, qui frappe au hasard la petite communauté rurale. La présence, récente, d'un vieil étranger qui vit en ermite dans les bois attise rumeurs et superstitions. Face à l'incompétence de la police pour trouver l'assassin ou une explication sensée, certains villageois demandent l'aide d'un chaman. Pour Jong-gu aussi, un policier dont la famille est directement menacée, il est de plus en plus évident que ces crimes ont un fondement surnaturel...

The Strangers

The Strangers est le troisième long-métrage du coréen Na Hong-jin, le réalisateur de l'incroyable The Chaser (sans déconner, un de mes films préférés) et The Murderer (en revanche, même si je lui reconnais des qualités, je n'aime pas trop ce film). The Strangers, qui avait été présenté au dernier festival de Cannes en hors compétition, s'intitule en VO Goksung. Il s'agit du village dans lequel se déroule l'intrigue. Et il s'en passe de ces choses dans ce village. Le début du film rappelle un peu l'ambiance de Memories of Murder de Bong Joon-ho (également un de films préférés, oui j'aime beaucoup le cinéma coréen actuel) : des corps atrocement assassinés retrouvés, des soupçons rapides sur un individu sans trop savoir qu'en réalité les choses sont bien pires, un flic maladroit, voire même un boulet qui nous fait marrer au début, alors qu'il va être embarqué ici littéralement dans une spirale infernale. Plus on avance dans le film, plus des références, très éloignées du cinéma coréen, se multiplient. Le réalisateur ne s'en cache pas : il s'est beaucoup inspiré de L'Exorciste de William Friedkin et de Rosemary's Baby de Roman Polanski. Il y a donc beaucoup de mélanges dans ce film : on passe du film policier voire le thriller, en passant par le film d'épouvante mettant en scène des démons ou même le film de zombie. Il y a quelque chose de grotesque également. Il faut avouer : ça peut dérouter. On sent parfois le réalisateur débordé par les références mais aussi plus généralement par son enthousiasme. Je précise que la multiplication de genres et de références ne me dérange pas du tout en soi, du moment qu'il y a un minimum de cohérence et de gestion. Je ne dis pas que ce n'est pas le cas mais tout de même j'ai parfois senti un peu trop de débordements et donc parfois de l'égarement. Il faut dire que sur 2h30, c'est difficile de tenir le pari. La durée fait d'ailleurs débat au sein de la presse et de la blogosphère. Pour ma part, je vais nuancer. Je n'ai pas vu le temps passer, ce qui est déjà bien en soi. J'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir ce film. Cela dit, quand je suis face à un film qui dépasse les deux heures, je me pose toujours cette question qui me semble légitime : les longueurs étaient-elles nécessaires ? Je ne suis pas sûre ici, ou en tout cas, je dirais qu'il y a quelque chose de pas toujours bien géré, principalement à cause du scénario, pourtant plutôt bon (qui est dans un sens, à sa manière, développé, peut-être parfois mal, mais bel et bien développé), mais encore une fois, qui a tendance à s'égarer par moments. Je n'ai rien contre les rebondissements et avouons que la fin est juste hyper glaçante, mais là il y a un moment où c'est (pour caricaturer) : c'est la fin, mais en fait non, parce qu'il y a machin qui est ça, et nooon en fait et ben c'était même ça, il y a une troisième fin qui arrive dans ta gueule.

The Strangers

J'ai l'air de gueuler alors qu'en réalité, en dehors de ces quelques points (qui empêchent selon moi le film d'accéder à un statut de chef-d'oeuvre alors qu'il en avait la possibilité - The Chaser, lui, reste un chef-d'oeuvre), j'ai beaucoup aimé The Strangers et je ne peux que le conseiller, surtout si vous êtes comme moi des amateurs de cinéma coréen (parce qu'on est en manque, disons-le). Ca a le mérite, malgré les nombreuses références et la multiplication des genres, d'être audacieux, on ne voit pas nécessairement ce genre de propositions artistiques actuellement. Et malgré mes quelques bémols, qui empêchent parfois de voir tout de suite où le réalisateur veut en venir et en nous laissant parfois sur quelques interrogations (même si je pense avoir globalement compris), ça reste paradoxalement bien foutu, notamment en ce qui concerne la mise en scène. En fait, Na Hong-jin tente de proposer autre chose sur la forme en jouant avec différents codes mais il y a tout de même une certaine continuité à travers le thème du mal qui semble envahir son oeuvre jusqu'à présent. Surtout, encore une fois, malgré des défauts qui seraient liés selon moi à cette je n'ai vraiment pas vu le temps passer. The Strangers est réellement un film captivant, qui a le mérite d'emmener le spectateur (malgré quelques égarements encore une fois) dans différentes émotions. Certaines scènes sont vraiment impressionnantes et n'ont franchement rien à envier à L'Exorciste de Friedkin (la gamine est vraiment bluffante). Certes, pour les Occidentaux, il y a peut-être quelques éléments qui ne nous parleront pas lorsque nous ne sommes pas habitués à la vision de la vie et de la mort en Asie. Mais dans l'ensemble, sans trop en dire sur le scénario, ce point en question fonctionne très bien dans le film. Surtout, le propos derrière est extrêmement puissant. Comment ne pas y voir là-dedans une vision extrêmement sombre de l'Eglise catholique, qui perd de l'importance face aux croyances plus de l'ordre du folklore ? Comment aussi ne pas penser aux relations tendues entre la Corée et le Japon ? Le casting est également à la hauteur. J'ai bien aimé l'interprétation de Kwak Do-won, qui interprète Jong-gu le policier même si je n'ai pas pu m'empêcher de penser tout le long du film à Song Kang-ho (et pas uniquement à cause du lien qu'on peut établir avec Memories of Murder, les deux acteurs se ressemblent réellement physiquement). Mais l'acteur se fait pour moi un peu voler la vedette par ses partenaires, que ce soit par Hwang Jung-min, un excentrique et charismatique chaman (la scène d'exorcisme très carnavalesque est surprenante au passage), l'acteur japonais Kunimura Jun (qu'on a pu notamment voir dans Kill Bill de Quentin Tarantino, Outrage de Takeshi Kitano ou encore Audition de Takashi Miike) est jusqu'au bout angoissant et enfin, même si on ne la voit pas tant que ça, par l'énigmatique Chun Woo-hee.

The Strangers

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Tinalakiller 135 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines