Magazine Culture

Fnac Live 2016 jour 2 : A-Wa, Yael Naim et Odezenne

Publié le 23 juillet 2016 par Swann

Deuxième jour de festival placé sous le signe d'un anniversaire à fêter, celui des 20 ans du label Tôt ou Tard. Et pour le coup, ce sont les artistes de la maison qui sont à l'honneur. Il y avait d'abord A-Wa.

Elles sont soeurs, elles sont trois, elles revendiquent fièrement leurs origines dans leur musique aux accents orientaux affirmés. Elles modernisent leur folklore traditionnel du Yémen avec intelligence et c'est rafraîchissant. Les musiques traditionnelles orientales, c'est un peu ma passion cachée. Plus d'ailleurs, j'avais fait une playlist dans laquelle je te parlais de cette musique qui parlait à mes origines. Et A-Wa, c'est un plaisir à voir sur scène, à écouter. C'est l'instant déconnexion, ce moment où tu écoutes, tu danses, tu te lâches, où plus rien n'importe sauf communier avec la personne qui fait exactement la même chose que toi, à côté. Les trois filles mélangent donc les sons de leur enfance avec des sonorités plus électroniques et modernes. À cela, s'ajoute des magnifiques harmonies. Et des sourires. Toujours des sourires. Le parvis de l'Hôtel de ville a craqué pour elles. Logique.

Fnac Live 2016 jour 2 : A-Wa, Yael Naim et Odezenne

Changement de style avec Odezenne. Rap décomplexé où se rencontrent aussi le rock, le jazz et l'électronique. On y parle de désaveu, de balades nocturnes en rimes abruptes et mots crus. Une partie du public était circonspect, l'autre complètement séduit si on croit les " je veux te baiser, tu veux me baiser ", repris en chœur.

Fnac Live 2016 jour 2 : A-Wa, Yael Naim et Odezenne

On ne voulait pas partir avant de voir Yael Naim. Encore une fois. Et encore une fois, elle a été sublime, derrière son piano, accompagnée de ses magnifiques choristes au maquillage tribale. Le set est raccourci, logique, mais l'intensité et l'émotion sont toujours là. On pleure avec " Coward ", on est encore émerveillé par l'arrangement de " Toxic ", qu'on pense à chaque fois originale quand elle la chante.

Et Vianney, tu dis ? On n'était pas là pour lui.

À LIRE AUSSI :
La (belle) session acoustique du samedi #92 : Yael Naim
Festival d'été de Québec jour 11 : Yael Naim, Mansfield TYA, The Paper Kites, Dear Rouge
Fnac Live 2016 jour 2 : A-Wa, Yael Naim et Odezenne

Notre album photos du Fnac Livehttps://flic.kr/s/aHskDBvuyL

Texte : Sabine Swann Bouchoul | Photos : Emma Shindo


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Swann 78144 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte