Magazine Culture

Entre ombre et lumière: la pudeur des sentiments de Dalila Heuse

Par Eirenamg

20160722_164857[1]

Difficile de trouver les mots pour parler de ce livre et lui rendre justice. C’est un premier roman et l’auteur réussit à être en équilibre en ne cachant pas l’horreur de l’enfance massacrée mais sans le côté malsain, voyeuriste. Avec pudeur comme le reprend ce très beau titre, elle met en lumière les conséquences et les répercussions d'un tel secret sur une famille.

Dans ce récit on suit le récit de la vie de Doriane qui raconte son enfance massacrée, sa relation fusionnelle avec sa mère, sa volonté de s’en sortir. Ce récit est lu par un vieil homme amnésique qui ne comprend pas pourquoi ce récit lui est destiné et qui est cette jeune femme.En parallèle on a Léa, jeune quinqua dynamique fauchée par un accident de voiture et qui se bat entre la vie et la mort, à ses côtés son mari Alexandre qui essaye de la maintenir en vie et sa mère Marie. L'alternance d'un récit à l'autre donne à la fois du rythme et une intensité à la lecture.

Sans dévoiler l’intrigue, je vous laisse découvrir la plume délicate et sensible de Dalilah Heuse, c’est avant tout un formidable témoignage de vie. L'auteur montre la force pour s’en sortir, de ne pas baisser les bras, se construire, se reconstruire à chaque épreuve de la vie. Doriane et son double Léa sont des êtres solaires, volontaires qui se battent pour ceux qu’ils aiment. L’amour, la puissance de la famille et de l’amour mère fille sont au cœur de ce témoignage vibrant. La volonté de ne pas s’apitoyer , de sortir des ténèbres, de profiter du bonheur transpirent de ces pages.

Au-delà de la résilience, c’est véritablement un plaidoyer pour la vie, pour le bonheur, de composer avec les douleurs du passé, des traumatismes qui au lieu de devenir des freins vous font ressortir plus fort. J’ai été très émue par cette histoire pudique, vibrante qui donne envie de prendre les personnages dans nos bras et de les bercer. Le personnage de la mère est aussi touchant dans sa difficulté de se pardonner de n’avoir pas vue les souffrances de sa fille. L’histoire d’amour entre Léa et Alexandre est une belle lueur qui brille et scintille dans ce récit qui se libère des ombres de la petite  enfance.

Un livre qui montre l’importance de témoigner, de se battre et que l’amour peut guérir les blessures même les plus terribles. Un livre pour rendre justice aux victimes, sans haine mais avec la force des mots à la fois si fort et pudique. D’habitude je vous conseille de lire un livre, là je vais changer acheter ce livre, il fait grandir.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Eirenamg 1386 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines