Magazine Amérique latine

Estela de Carlotto prend ses distances avec le passé [Actu]

Publié le 25 juillet 2016 par Jyj9icx6
Estela de Carlotto prend ses distances avec le passé [Actu]
Hier à l'heure du déjeuner, Estela de Carlotto a participé à l'émission très people de Mirtha Legrand, une des vedettes télévisuelles emblématiques de la droite. La présidente de Abuelas de Plaza de Mayo a longtemps refusé ne serait-ce que d'envisager de participer à cette émission. Sa présence hier à cette célèbre table est donc le signe non négligeable d'une rectification de la part d'une personnalité qui se situe clairement dans l'opposition depuis le 10 décembre, jour de l'accession au pouvoir de Mauricio Macri, une opposition démocratique, prête au dialogue mais sans ambiguïté pour autant.
Au cours du déjeuner qui est le prétexte à l'entretien au cœur du programme, Estela de Carlotto a dit ne pas être une amie de Cristina Kirchner et de n'avoir pas été la "chouchoute" du gouvernement précédent. En revanche, elle a désigné Hebe de Bonafini pour ce rôle, ce qui chez elle ne peut pas êre interprété autrement que comme un signe de désolidarisation politique (au sens partisan du terme). La rupture est en effet consommée entre Carlotto et Bonafini, depuis que celle-ci se comporte en adversaire de la démocratie puisqu'elle s'entête à nier la légitimité des résultats de l'élection présidentielle pour la seule raison qu'elle considère Macri comme son "ennemi".
En tenant ces propos dimanche midi, Estela de Carlotto confirme donc son adhésion aux processus démocratiques, y compris lorsqu'ils provoquent une alternance, et prend sans doute ses distances avec la mouvance kirchneriste dont les cas de corruption avérée sont maintenant nombreux, particulièrement graves et grossiers et à très haut niveau de responsabilité institutionnelle (même si rien n'a encore été prouvé contre Cristina elle-même, qui est pourtant dans le collimateur de la justice depuis décembre, et on pourrait remonter plus haut sans qu'aucune preuve n'ait jamais été produite). Estela de Carlotto s'est efforcée de ne pas mentir, elle a fait une distinction sémantique entre être ami (amigo/a) et être en relation (tratar), affirmant sans doute avec raison que ses nombreux rendez-vous avec la Présidente ne faisaient pas une amitié (mais une coopération opérationnelle).
En cela, il n'est pas impossible qu'elle protège aussi son association, puisque la cause qu'elle sert a été notoirement atteinte par la proximité de ces ONG avec le pouvoir de Cristina Kirchner, qui les a fait passer pour des larbins du gouvernement, à la remorque duquel plusieurs de leurs activités étaient attachés (une grosse partie du financement des propositions culturelles était de l'argent public).
Sur cette émission qui marque une étape, on trouve un article dans La Prensa et La Nación, deux journaux de la majorité.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jyj9icx6 2740 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte