Magazine Culture

Nicolas Grenier à la Rencontre poétique chez Tiasci - Paalam en juillet 2016

Publié le 26 juillet 2016 par Onarretetout

DSCN4137

De la science à la poésie, il n’y a pas beaucoup de pas, et ceux qu’y place Nicolas Grenier sont des pas japonais. Avec précision. C’est avec des haïkus, comptés en rapport avec les éléments qu’ils décrivent, sans majuscules pour ouvrir les vers, que le poète nous mène de Kourou vers la comète 67P. Nous suivons à la fois le trajet, on pourrait dire pas à pas, et les objets qui le parcourent. Mot après mot, entre l’infiniment petit et l’infiniment grand, c’est la place de l’homme dans l’univers qu’explorent Rosetta, Philae, par le truchement de textes rythmés selon cette règle exigeante : 5 syllabes - 7 syllabes - 5 syllabes. Cent soixante seize fois. La lecture est d’abord surprenante, puis nous partons dans cette aventure : « Ariane file » « dans la nuit des temps », et nous surprenons une musique inouïe jusqu’alors, « bruit de fond dans l’univers ». Au bout de cette quête, c’est la mort qui vient : il n’y a pas de paradis. C'est une mission qui se termine. On a envie de remercier justement pour le voyage de Rosetta (suivi de Philae).

rosetta_f


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Onarretetout 3973 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine