Magazine Culture

Ces mères qui ne savent pas aimer de Susan Forward

Par Hamisoitil @lecturedehamik
Ces mères qui ne savent pas aimer de Susan Forward
QUATRIÈME DE COUVERTURE :

Après "Parents toxiques", Susan Forward s'intéresse plus précisément aux mères mal-aimantes et à l'effet dévastateur qu'elles peuvent avoir sur leurs filles.
Elle étudie plusieurs profils : narcissique, compétitive, envahissante, control freak, mère-enfant, mère abusive ou non protectrice. Toutes infligent des blessures qui empêchent leurs filles de se construire une identité et une estime de soi solide.
En s'appuyant sur des récits et des exemples, elle propose les techniques qu'elle a développées pour transformer la vie de ses patientes, montre comment surmonter la dureté de leur enfance et agir pour s'émanciper, se protéger et se reconstruire.
  • Poche: 352 pages
  • Editeur : Marabout 
  • Collection : Psychologie
  • Date de sortie : 4 mai 2016
  • Prix : 6.50 € (papier) 4.99€ (ebook)
MON AVIS :J'ai fait le choix de lire ce livre car je suis de celles qui ont une mère mal-aimante et j'avais besoin de comprendre certaines choses qui m'épuisaient et qui m’épuisent encore aujourd'hui. Beaucoup ne comprennent pas pourquoi "nous", les filles,  réagissons de la sorte envers nos mères car bien évidemment, ces personnes là, ne sont pas à notre place pour ressentir, pour accumuler voire subir un comportement inacceptable depuis gamine et ce, jusqu'à l'age adulte.Et je pense que c'est l'approche de la quarantaine qui me fait prendre une nouvelle direction et surtout à faire les bons choix pour vivre mieux. Retirer les choses toxiques et m'éloigner des personnes toxiques, y a rien de mieux mais pour ça, j'avais besoin d'un déclencheur et c'est ce livre  qui m'a donné quelques réponses à mes questions.J'avais ce sentiment de ne pas être à l'aise avec moi-même, que peut-être tout était de ma faute, ou que je comprenais mal. J'avais aussi ce sentiment d'échec même si je savais qu'au fond de moi, j'avais cette âme de guerrière, de battante ; et comme cette mère m'a toujours donné cette impression d'être un échec, une nullité, une bonne à rien, il me fallait coûte que coûte réussir pour lui prouver le contraire et d'ailleurs, même là, les phrases n'étaient pas positives. Ce livre décortique assez bien le problème de toutes ces mères qui ne savent pas aimer, en cinq catégories :Nous avons la mère maladivement narcissiqueNous avons la mère maladivement accaparanteNous avons la mère control FreakNous avons la mère qui néglige, trahisse et batteNous avons la mère qui a besoin d'être maternée
Je savais que ma mère était maladivement narcissique et control Freak mais j'ai compris aussi qu'elle était aussi dans la catégorie des mères  qui négligent, trahissent et batten. Sans lui lancer la pierre et l'achever dans cette chronique, (même si je le fait un peu) ma mère reste ma mère mais, l'amour inconditionnel qu'une mère devrait avoir envers son enfant, donc, moi, n'a pas existé  ou alors,  est passé entre les mailles du filet. Petite, je n'ai jamais eu cette complicité mère-fille. Vous savez, sortir avec sa mère, faire les boutiques, manger au mac do, aller au cinéma, faire un câlin, dire Je t'aime, me bercer, me réconforter quand je suis triste, me féliciter quand je réussis, voir des étoiles dans ses yeux pour moi, me parler des problèmes féminins.... Nada ! Je ne connais pas tout ça ! Par-contre, j'ai connu les humiliations à l'école, les coups pour me faire mal, la dictature et j'en passe. Hors de question de faire subir cela à mes enfants.  Hélas, ma mère n'aime pas me voir faire des câlins à ma fille ou même à mon homme d'ailleurs. J'entends encore sa voix dans ma tête quand elle me dit : Ça va, ta fille n'est pas une poupée ou tu ne peux pas le laisser respirer. Ou quand nous jouons  aux jeux de société avec ma princesse et son père et qu'elle nous dit par jalousie voire par méchanceté : hou, la jolie petite famille parfaite ! J'ai du mal à passer à autre chose pendant quelques jours, car je vois ce visage rempli de haine, parce que sa propre vie a été un échec et que de mon côté, je me suis donnée les moyens d'avoir une meilleure vie qu'elle, basée sur de vrais sentiments, forts et puissant comme la roche. Comment être heureuse pour moi si de son côté, elle ne l'est pas ?!Ce livre donne des réponses et aide à identifier les mécanismes émotionnels  afin d'adopter les bonnes stratégies pour surmonter tout ça. Donc, on remonte en enfance, dans nos souvenirs. Les blessures sont encore bien réelles, si intenses presque palpables.Est-ce que finalement, cette mère mal-aimante a toujours été comme ça ? Si oui, pourquoi ?? Qu'est-ce qui a été ce déclencheur, ce changement ???Ma mère a toujours fait en sorte que le frigo soit rempli  pour être cette femme parfaite qu'elle admire tant chez les autres. D'ailleurs, et je le reconnais, on ne manquait de rien, bien au contraire. Nous étions toujours bien habillés. J'ai pris des cours de piano pendant 15 ans, j'ai joué au basket, pratiqué les arts-martiaux, pris des cours d'anglais etc... mais aujourd'hui, avec le recul, ma mère voulait tout simplement que tout soit parfait. Etre la famille parfaite dans le ghetto, celle qui côtoie du beau monde et faire semblant.  De grandes maisons, de belles voitures, ingénieurs, profs, médecins, pharmaciens etc.. ils avaient la belle vie ses amis et ma mère voulait cette vie là aussi sauf que ses enfants n’étaient pas à la hauteur de ses exigences. Et pour  AVOIR DE LA VALEUR aux yeux des autres, le seul moyen était de nous humilier, nous rabaisser en montrant qu'elle était bien meilleur que nous, plus intelligente, plus cultivée, plus aimée que nous. Son arme fatale pour se mettre sur un piédestal tout en écrasant ses enfants.  Et comme nous n'étions pas de la même catégorie,  il fallait changer de stratégie pour être cette famille parfaite, pour ma mère.Aujourd'hui, je suis maman et ma plus grande fierté c'est de voir ma fille réussir dans sa vie. J'ai toujours mis dans sa tête depuis gamine que sa grand-mère attendait que ça, la voir se casser la figure afin d'être satisfaite de ton/mon échec. Ma fille l'a bien compris et a donc eu son brevet, et passe en seconde. Elle est  championne de France tout en se  préparant pour la coupe d’Europe dans sa discipline pour les prochains J.O en 2026. Voici ma plus belle victoire, ma plus belle arme. Cette femme est restée sans voix.La fin du livre nous montre comment agir pour se protéger, s'émanciper et se reconstruire.Une bonne conclusion qui permet de réfléchir sur sa propre vie  et d'avancer au mieux.En conclusion, ce livre est une vraie pépite à découvrir si vous êtes dans la même situation que moi ou dans l'une des cinq catégories présentées plus haut.  Susan Forward nous donne les bons outils pour faire face à ces femmes mal-aimantes et de sortir de ce cercle vicieux qui n'est absolument pas bon pour nous ou pour elles. Il est clair que c'est à nous d'agir et de prendre les bonnes décisions même si parfois, elles sont très difficiles à appliquer. J'ai livré mon coeur et ça m'a fait du bien. Merci de ne pas me juger.MA NOTE :Ces mères qui ne savent pas aimer de Susan Forward
Ces mères qui ne savent pas aimer de Susan Forward


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Hamisoitil 4100 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines