Magazine Culture

(anthologie permanente) Hommage à Paul Wühr par Jean-René Lassalle

Par Florence Trocmé

Paul Wühr, un des grands écrivains expérimentaux allemands, s’est éteint à 89 ans le 12 juillet 2016 dans le village italien où il habitait depuis des années. Ce petit dossier est un hommage par son traducteur qui appréciait sa poésie pensée, ses interrogations, son énergie et son humanité.
Jean-René Lassalle
Rien

dit elle par rapport à la brièveté
de notre
vie n’est aussi approprié que
notre parole
qui comprime tout encore plus
pour le plus vite
possible envisager le futur
sans dit elle
le rattraper nous avons
tout à faire
pour dépasser dit il
ce qui dans le
futur nous empêche d’être
heureux
Extrait de : Paul Wühr : Matière à l’autre bout l’esprit, Grèges 2006. Traduit de l’allemand par Jean-René Lassalle.
Nichts

sagt sie ist der Kürze
unseres
Lebens so angemessen wie
unsere Rede
die alles noch einmal verkürzt
um so schnell wie
nur möglich Zukunft zu schauen
ohne sie sagt sie
einholen zu können wir haben
alles zu tun
um zu überholen sagt er
was uns in der
Zukunft hindert daran glücklich
zu sein
Extrait de : Paul Wühr : Venus im Pudel, Hanser, 2000.
/
Ici

en fait on demande juste ce que
la pensée irait chercher
dans l’esprit ou
l’y cherchons nous
en vain et si dans l’esprit il ne
s’agit toujours que de l’autre
nos pensées vont elles
se perdre
dans cette transformation après ce rite émouvant
de la chair y aura t il à nouveau la poussière
l’esprit peut il se passer
des pensées
que la chair dans le crâne a
pensées
Extrait de : Paul Wühr : Matière à l’autre bout l’esprit, Grèges 2006. Traduit de l’allemand par Jean-René Lassalle.
Hier

wird gefragt ganz einfach hat der
Gedanke im Geist schon einmal
etwas zu suchen gehabt oder
suchen wir ihn dort
vergebens und wenn es in Geist
immer neu um das Andere geht
gehen unsere Gedanken in der
Verwandlung
verloren wird nach dem rührenden
Ritus aus Fleisch wieder Staub
kann der Geist auf Gedanken
verzichten
die das Fleisch im Schädel gedacht
hat
Extrait de : Paul Wühr : Venus im Pudel, Hanser, 2000.
/
Est

ce compris ce que tous nous disons
Lui comprend
il quand ici littéralement les mots sont laissés
en dehors car
autrement ils nous mettraient eux mêmes dehors nous devons
nous servir
de la compréhension pour nous fabriquer
des espoirs
de manière raisonnable afin d’
être vraiment
capables de nous occuper dans la vie
de ce dont
nous sommes le moins capables c’est à dire
d’aimer
Extrait de : Paul Wühr : Matière à l’autre bout l’esprit, Grèges 2006. Traduit de l’allemand par Jean-René Lassalle.
Ob

verstanden wird was wir alle sagen
versteht Er
wenn hier wörtlich die Wörter ausgesperrt
werden weil
diese uns sonst aussperren wir müssen
den Verstand
gebrauchen dazu uns Hoffnungen
zu machen
auf vernünftige Weise um damit
überhaupt
erst anfangen zu können im Leben
womit wir
am wenigsten anfangen können nämlich
zu lieben
Extrait de : Paul Wühr : Salve Res Publica Poetica, Hanser, 1997.
Paul Wühr dans Poezibao :
Biobibliographie
Extrait 1
[Jean-René Lassalle]


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines