Magazine Culture

« On ne fait pas d’oeuvrette sans caser des zeugmes. » (Marcel Bénabou)

Publié le 13 août 2016 par Onarretetout

x510_garcin-zeugmas-hd-filetrge

Un zeugme (on dit aussi zeugma), c’est difficile à bien définir. C’est une figure de style. On peut en citer l’étymologie pour y mettre en évidence un lien, ce lien passant par un mot qu’on ne répète pas dans une phrase et qui pourtant relie deux éléments différents. Jean-Louis Ezine précisa, dans l’émission « Le Masque et la Plume » qu’il s’agit de « rattacher à un même mot, le plus souvent un verbe, deux termes non seulement sans rapport, mais parfois aussi opposés ». Deux termes ou deux éléments, indique Michel Pougeoise dans un dictionnaire didactique, « qui diffèrent soit par leur nature grammaticale (« Ils savent compter l’heure et que la terre est ronde », écrit ainsi Alfred de Musset)… soit par leur nature lexicale en rapprochant un terme concret d’un terme abstrait (« Vêtu de probité candide et de lin blanc », écrit Victor Hugo) ». On connaît, de Jacques Brel, cette phrase : « J’avais le rouge au front et le savon à la main ».

On peut trouver des zeugmas dans tout ce qui s’écrit, les romans, les poèmes, les chansons, les articles de journaux, et c’est pourquoi c’est devenu un jeu que de les débusquer dans la littérature, comme nous y invite Jérôme Garcin, animateur de l’émission qui a fêté ses 50 ans en 2015.

La fin de ce petit livre propose de fabriquer des zeugmas à partir de phrases extraites d’oeuvres littéraires. Il suffit d’ajouter un « et » bien placé pour qu’un zeugma se profile. Ainsi, « Longtemps, je me suis couché de bonne heure » (de Marcel Proust) peut devenir « Longtemps, je me suis couché de bonne heure et au poker ».

Autres exemples, à partir des propositions du livre :

« Comment s’étaient-ils rencontrés ? Par hasard et dans la rue, comme tout le monde » (d’après Diderot, Jacques le fataliste et son maître)

« On n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans et sa place au comptoir. » (d’après Rimbaud, Roman)

« La cigale ayant chanté tout l’été et au clair de la lune se trouva fort dépourvue quand la bise fut venue. » (d’après La Fontaine, La cigale et la fourmi)

C’est à vous main tenant. Prenez une phrase dans vos lectures (romans, journaux, poèmes, chansons et autres) et glissez-y un zeugma. Merci d’indiquer, comme je l’ai fait ci-dessus, d’où vient la phrase. 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Onarretetout 3973 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine