Magazine Bd

Old Pa Anderson

Par Belzaran

OldPaAnderson


Titre : Old Pa Anderson
Scénariste : Yves H.
Dessinateur : Hermann
Parution : Janvier 2016


Hermann est un grand dessinateur, au dessin reconnaissable d’entrée. Ses collaborations sont suivies avec intérêt, tout le monde espérant que les scénarios seront à la hauteur de son trait. Pour « Old Pa Anderson », c’est Yves H. qui s’y colle pour la collection Signé au Lombard. Un one-shot de 56 pages au programme sur la ségrégation aux Etats-Unis.

Un devoir de mémoire plus qu’un polar

1952. Mississipi. La petite fille d’Anderson a disparu depuis des années. Les coupables sont des blancs, mais pourquoi enquêter sur la disparition d’une petite fille noire ? Old Pa Anderson est résigné jusqu’à ce que sa femme décède. Il n’a désormais plus à perdre et part en chasse des responsables…

OldPaAnderson1Vengeance et racisme dans les états du Sud, voilà de quoi alimenter une histoire bien violente. Hélas, ça ne va pas beaucoup plus loin. Le sujet est évidemment intéressant mais peine à nous emballer. Déjà beaucoup traité, ce « Old Pa Anderson » n’apporte pas grand-chose de neuf. L’enquête en elle-même manque de suspense (elle se contente d’apporter des morts qui mènent à d’autres futurs morts). Les personnages manquent de profondeur. Ainsi, Anderson va aux putes et picole, mais à part ça, ça ne va pas assez loin. De même, le rapport entre ce qui est arrivé à la fille et la petite fille paraît un peu artificiel et revient comme un cheveu sur la soupe pour la conclusion.

Ainsi, plus qu’un polar, « Old Pa Anderson » se présente plus comme un devoir de mémoire. C’est confirmé par le cahier pédagogique en fin d’ouvrage. Pour le coup, ça m’a gêné. Ce besoin de justifier les propos d’un ouvrage par des témoignages probants me parait inutile. Surtout que les lynchages sont connus depuis longtemps. L’ouvrage prend surtout son intérêt du personnage principal, âgé et pas du tout dans l’image qu’on ferait d’un justicier.

Le dessin d’Hermann donne de la puissance à l’ouvrage. Le travail des couleurs, notamment, renforce les ambiances. Du coup, on se sent vraiment au Mississipi dans les années 50. Les auteurs ajoutent quelques anecdotes pour renforcer cette impression de danger pour les noirs, où tout mot mal placé peut mener à la mort.

OldPaAnderson2

Présenté comme un devoir de mémoire, « Old Pa Anderson » déçoit pour son aspect purement polar. Mais le dessin d’Hermann nous dépayse, nous transportant dans le Sud des Etats-Unis d’Amérique pendant de noires années qu’il ne faut justement pas oublier. Une petite déception sur le scénario donc, surtout vu le potentiel montré par l’ouvrage. À trop vouloir montrer les ségrégations, Yves H. s’est un peu égaré.

avatar_belz_jolnote3


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Belzaran 2637 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines