Magazine Cinéma

Bliquiss, le réquisitoire intelligent de Saphia Azzedine sur le fontamentalisme

Par Filou49 @blog_bazart
14 août 2016

9782290121849_1_75

" J'avais treize ans lorsqu'on me maria à un homme vieux et ventripotent. Il n'était pas si âgé à dire vrai, mais il avait le visage buriné par le vent affronté sur les bateaux de pêche. Il avait été pécheur avant d'être homme à tout faire.Il avait quarante-six ans. Ce fut horrible de l'épouser.

Répondre cela était trop attendu par mes détracteurs,alors je choisis de les renseigner sur une autre facette de mon mariage.

- Monsieur le juge, vous avez été charpentier n'est ce pas?Alors, essayer de faire rentrer une vis de 10 dans une cheville de 2. Voilà ce que je retiens de mon mariage avec cet homme si bon".

Saphia Azzedine  est une romancière française au style alerte et qui n'a vraiment pas la langue dans sa poche.  Dans chacun de ses romans,  de Confidences à Allah à "la Mecque Puket", elle s'attache à des  héros et souvent des héroines qui se débtattent  pour construire son identité sans renier ce que l'on a transmis  

C'est le cas de Bilquiss, le nom de l'héroine de son dernier roman sorti en poche chez J'ai lu en cette année 2016 et qui fait partie de mes lectures de vacances .

Dans un pays qui n'est jamais nommé mais fait immanquablement penser à l'Afghanistan, Bliquiss est condamnéé à mort, accusée de blasphème pour avoir chanté l'appel à la prière du haut du minaret à la place du muezzin ivre mort. Un appel qu'elle a légèrement modifié au passage surtout que bien vite, d'autres chefs d'accusations viennent s'ajouter.

Le  tort de Bliquiss?  : celui de refuser de se soumettre aux regles rigides et moyenageuse de sa patrie. Bliquiss c'est ce personnage de belle insoumise qui refuse les contradictions et les travers du fondamentalisme et l'obscurantisme.

Nous suivons donc son histoire petit à petit au travers de différents point de vue. J'ai particulièrement apprécié le faitnous interroger sur la condition de la femme dans les pays où la religion musulmane impose la charia, et nous faire réfléchir sur la résistance de ces filles qui ne veulent pas vivre sous le joug des mollahs qui imposent des règles totalement absurdes . Et, depuis sa cellule, nous apprenons tout de la vie de Bilqiss, de la condition de la femme musulmane et de la bêtise des fanatiques.

Un réquistoire intelligent, parfois un peu dérangeant aussi quand l'auteur nous interpelle sur la compassion à la limite du voyeurisme de la femme occidentale "libérée" en regard de la femme soumise à l'aberration de la folie islamiste. Comme souvent Azzedine arrive à mettre le lecteur face à ses propres contradictions, grace à des réparties cinglantes et souvent pleine d'acuité, même si parfois elle n'échappe pas toujours au  discours un poil trop didactique et théorique

Cela étant, Bliquiss reste une indéniable réussite qu'on suit avec grand intéret tout du long de la lecture grace à une belle construction narrative : alors que le récit aurait pu s'éssoufler l'auteur prend l'intelligent parti pris de  prolonger  l'histoire à travers les yeux de trois personnages totalement opposés, notamment par le juge chargé d'instruire le procès et dont l'amour inavoué pour Bilquiss va le plonger dans un abime de doute face à ses convictions totalement ébranlées.,

Conte  acerbe, drôle courageux et puissant contre  l'intolérance, la bêtise humaine, qui nous invite à lire les saintes écritures  dans leur sens originel loin des détournements et interprétations fantaisistes qui peuvent etre parfois faites.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Filou49 15144 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines