Magazine Culture

Julieta de Pedro

Publié le 16 août 2016 par Nathpass
Moi aussi Julieta m'a fait penser à Rebecca comme le film de l'homme seul qui aime profondément les femmes et qui leur parle à l'âme. J'ai beaucoup pleuré mais après le film, en me disant que l'arrachement du désir était rarement aussi bien raconté de la mythologie à nos jours, à nos jours où l'on remplace les mots amour passion par dépendance affective addiction, culpabilité par bipolarité... Et la filiation mère fille et la rivalité entre mère et fille auprès du père éternel pêcheur tant aimé. Le tatouage et son sens, l'immanquable défi par rapport à la mère aux parents, la rupture l'arrachement tout y est peint. Il suffit d'un plan à Almodovar pour passer d'un corps à un autre pour interpréter les âges différents d'une femme. Dans ce film les hommes sont moins importants mais ils tiennent leur rôle du désir à la réparation....   Ah j'y suis allée seule mais bon voila quand un film vous parle à l'oreille vous pouvez y aller seule. je me demande bien où l'on peut trouver des peignoirs si beaux quand Julieta regarde le mur d'en face sa fenêtre. J'adore ça les peignoirs soyeux et colorés mais ils sont rarement beaux et très chers. J'en avais trouvé un vintage qui ne me quitte pas lui, les matins... jusqu'à midi. C'est un signe de dépression de ne pas faire son lit et de ne pas se laver s'habiller très vite le matin... Non, c'est un signe de pensée, de dédicace d'attente de tristesse fugace ou extrême. Et ce temps là est à respecter...Julieta de PedroJulieta de Pedro
La critique des Inrocks
http://www.lesinrocks.com/cinema/films-a-l-affiche/julieta/

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Nathpass 1125 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte