Magazine Culture

Brocantes

Publié le 18 août 2016 par Dubruel

Ah ! Elles sont marrantes,

Les brocantes !

La veille du jour J,

On déniche au grenier du logis

Bibelots affreux

Objets poussiéreux,

Instruments oubliés,

Vieux outils dépareillés.

On les passe à la flotte.

On les frotte.

De bonne humeur,

Le dimanche, à sept heures,

Au garage

On les charge

Dans la Clio et on détale.

Place du Marché, on déballe.

Devançant les promeneurs,

Un antiquaire fureteur

Soupèse une ou deux vieilleries

En professionnel aguerri

Et m'achète un miroir de grand-mère

Qu'il revendra beaucoup plus cher

Un passant passe

-Combien ces bottes de chasse

Question d'une pimbêche :

-De quelle époque, votre bobèche ?

Un gars, mains dans les poches :

-Combien la toquante ?

-Cinquante

-Hé, tu m'prends pour une cloche ?

S'arrête une amie bijoutière :

-Cette cafetière,

Tu en demandes combien ?

-Trente-sept.

-Je te l'achète

-Merci bien.

Un petit moustachu :

-Fais voir

Ta bouilloire.

Un grand barbu :

-Combien le pot à lait ?

Il n'est pas jeune mais il me plait.

Pour attirer le chaland,

Je salue et pourfends

Avec mon canotier

Et une branche de noisetier.

Je vends un 45 tours

De rock and roll.

C'est pas le pactole !

Les curieux défilent tour à tour.

Je bazarde une timbale bosselée.

Et trois livres reliés.

Ma femme se débarrasse

De babioles,

Casse les prix des bricoles.

Le temps passe.

Dix-neuf heures.

A cette heure,

Personne ne viendra plus.

Fourbu, perclus,

Je remballe.

Et compte nos euros...

" Ce soir, on se régale :

J'ai de quoi nous payer un bistro ! "


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dubruel 73 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine