Magazine Culture

La main de Tristan d'Olivier Steiner

Publié le 21 août 2016 par Nathpass
Olivier Steiner écrivain. Son roman n° 3. car pour moi c'est un roman qui ne se lâche pas qui se dévoile comme autour du je narratif de la 1ère  personne car de qui de quoi as-tu le droit "moral"de parler d'écrire à bout portant? De ton père et de ta mère de tes liens rompus, des morts ou des êtres fictifs, en voyage en costume d'époque passée, roman historique, de science fiction, des passants photographiés. Du je et de l'autre pluriel  parce  que l'autre cet autre là avait un grand pouvoir dans le monde artistique. Dans ce livre, c'est Patrice Chéreau.J'ai pleuré, c'est un roman d'amour et moi je le perds je l'ai perdu forcément l'ami d'avant devenu écrivain, mais je m'en fous pas mal s'il est plus reconnu, je le savais, "il le mérite bien" comme tous disent et depuis que j'ai terminé La main de Tristan, je ne lâche plus les livres, je lis relis tout ce qui me passe entre les mains.Olivier Steiner :"Il faut être compatissant, toute personne rencontrée mène un rude combat." Cette phrase de l'écrivain Olivier Steiner illustre parfaitement la jeune fille que j'étais." Isabelle Adjani 
Sur ce je vais pleurer... je reviens dès que j'ai fini, si je reviens, si je finis. <3
La main de Tristan d'Olivier Steiner
Je ne la connais pas du tout, ISABELLE ADJANI, mais je trouve cela très fort et très pudique à la fois, de te citer comme écrivain et sa référence littéraire. Vous êtes de la même veine de marbre et fragiles comme l'aile d'un papillon de nuit et qui ont donné donneront une infinité de formes de sculptures, côté ombre et côté lumière. P93La main de Tristan d'Olivier Steiner
P94 la musiqueLa main de Tristan d'Olivier Steiner
P98La main de Tristan d'Olivier Steiner
P103 je change d'avis ue l'amour chaque jourLa main de Tristan d'Olivier Steiner
P133La main de Tristan d'Olivier Steiner
P135 Tadzio de notre époqueaccouplement inesthétique 
La main de Tristan d'Olivier Steiner
P139 à propos de ´autofictionLa main de Tristan d'Olivier Steiner
P143 citation 
La main de Tristan d'Olivier Steiner
Heureusement qu'il y a des passeurs à l'art et à l'amour comme Patrice Chereau et comme Olivier Steiner.On s'échoue, on échoue encore et puis on écrit sa vie malgré tout et tous ces échecs n'étaient que préliminaires.https://diacritik.com/2016/08/19/ethique-de-la-rencontre-olivier-steiner-la-main-de-tristan/Et dans FB 1ères réactions... après cet article C'est beau ce texte sur son livre à Olivier Steiner mais surtout, ne vous privez pas de lire toute sa limpidité à même la fontaine. J'ai pas fini mais j'ai lu jusqu'à 3h du matin (je lis lentement je fais tout lentement) comme à voix haute dans ma tête et j'ai beaucoup rêvé dormi à découvert après...)c'est sur l'amour l'art l'amitié la différence toujours criarde même dans les coins érudits artistiques,  entre les cassés et les nantis entre les classes sociales, ça ressort, ça affleure, jusqu'à tout balayer, et surtout quand malgré soi, sans reconnaissance,  titre,on devient objet, source d'inspiration  assistant, co-quelque chose, maison ne sait pas quoi, nourriture ou plutôt transit... C'est délicat de se protéger,  lorsqu'il y a devoir d'amitié, d'admiration obligatoire, c'est délicat d'accepter de perdre pour toujours....  à moins qu'un jour on en fasse un livre et que "le lion" le mentor, le maître, le maestro, vous ait comme facilité la mise en pages...... en concluant sa vie, en mourant malgré lui "il n'avait rien préparé" c'est un livre déchirant déchiré et limpide, je sais je l'ai déjà dit !  alors qu'on en sait toujours rien de l'amour... je me lève je pleure à gros bouillons (je pleure facilement dit-on alors que c'est d'autant plus difficile quand on vous dit cela, mon père ne parlait plus pour ne pas avoir à pleurer à la fin de sa vie) j'applaudis et je n'ai pas fini.,, p 104Là j'ai fini et je ne pleure pas, l'amour et ou avec toutes ses tentatives n'est jamais échoué puisqu'il vous embarque jusqu'au bout et a tout emporté... merci pour ce voyage immobile " citation dans le livre page 143 "je ne le revis jamais. Mais en moi il reste présent, son affection me manque, celle qu'il avait pour moi et celle qu'il n'avait pas, et aussi celle que je me reprochais de ne pas avoir pour lui"  Pierre Pachet

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Nathpass 1117 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte