Magazine Cinéma

[Dossier] Fantasia 20ème édition – partie 3

Par Onrembobine @OnRembobinefr
[Dossier] Fantasia 20ème édition – partie 3

Partager la publication "[Dossier] Fantasia 20ème édition – partie 3"

Trilogie inégale pour terminer ma petite virée « light mais intense » à Fantasia. Un gros doute et deux désirs coupables. Au final, j’ai reçu tout l’inverse de que j’anticipais.

Realive, de Mateo Gil –Note:

★
★
★
★
☆

photo realive_01

Mateo Gil, tu penses que tu connais pas mais en fait tu connais. Poto d’Alejandro Amenábar, il est notamment coscénariste de Tesis, Abre Los Ojos, Mar Adentro, Agora, entre autres. On a connu plus moche comme CV. Malgré tout, je le sentais moyen son Realive. Très peu d’info, aucune vidéo et un genre maudit à Fantasia, d’après ma propre expérience : la SF. Je ne m’en cacherais pas, comme beaucoup, c’est MON genre de prédilection pour lequel je suis hyper exigeant, et malheureusement bien souvent, hyper déçu.
Eh ben paf, prends ça dans les dents. J’ai eu droit à une vraie histoire de cryogénie diablement bien traitée, en toute sobriété, avec émotion et une grosse justesse de ton. On sent quasiment jamais le budget serré, on perçoit au contraire toute l’intelligence d’avoir écrit ce qu’il fallait avec les moyens offerts. Très belle surprise.

Skiptrace, de Renny Harlin – Note:

★
½
☆
☆
☆

photo skiptrace_01

La tentation de trop. Le plaisir coupable et condamné. Tout ça parce qu’on se souvient fort fort de la grande époque badaboum de Jackie Chan. Et parce qu’on a envie d’y croire encore. Parce que Renny Harlin, il nous en a fait manger du popcorn devant Die Hard II et Cliffhanger, faut bien l’avouer. Parce qu’associer le fêlé Jackie à Johnny « Jackass » Knoxville, dans le fond, c’est pas une si mauvaise idée. Mais bon, trêve de bla-bla, c’est un gros caca. Gros comme ça. Au-delà de la carte postale touristique « Viens découvrir comme c’est beau la Chine », tout est atrocement chiant et mou. Ça joue de la merde, les bastons-cascades ont été chorégraphiées par un morceau de carton. Limite gênant pour tout le monde. Pas limite. Gênant.

Blood Father, de Jean-François Richet – Note:

★
★
☆
☆
☆

photo bloodfather_02

Dernier moment Fantasia 2016 avec une petite attente, quand même. Richet, ça peut poutrer. Mais pas là. Franchement, je comprends pas. Dans ce genre d’affaire, c’est pas l’originalité qu’on cherche nécessairement, mais pour que ça soit efficace, il faut un minimum de tenue, que ça nous raconte un truc. Là, walou. Et j’adore Gibson, son perso de vieux roublard rangé des bagnoles est super cool, mais ça suffit pas. Il a beau faire tout ce qu’il peut pour sauver la baraque avec ses petits bras musclés, quand la fonte à lever est pas plus lourde qu’une galette de riz soufflé, ça brasse pas bien plus que du vent. Dans le genre, j’ai largement préféré son Get the Gringo. Bref, gros soupir. C’est sûr, j’irais me laver les yeux et les oreilles devant son Hacksaw Ridge qui sort en novembre.

@ Nicolas Cliet-Marrel


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Onrembobine 53826 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines