Magazine Cinéma

[série] (8/10) PEAKY BLINDERS par Christian

Par Christian Papia @ChristianPAPIA

597260

Synopsis : En 1919, à Birmingham, soldats, révolutionnaires politiques et criminels combattent pour se faire une place dans le paysage industriel de l'après-Guerre. Le Parlement s'attend à une violente révolte, et Winston Churchill mobilise des forces spéciales pour contenir les menaces. La famille Shelby compte parmi les membres les plus redoutables. Surnommés les "Peaky Blinders" par rapport à leur utilisation de lames de rasoir cachées dans leurs casquettes, ils tirent principalement leur argent de paris et de vol. Tommy Shelby, le plus dangereux de tous, va devoir faire face à l'arrivée de Campbell, un impitoyable chef de la police qui a pour mission de nettoyer la ville. Ne doit-il pas se méfier tout autant la ravissante Grace Burgess ? Fraîchement installée dans le voisinage, celle-ci semble cacher un mystérieux passé et un dangereux secret.

La mode des séries prenant comme décors la vieille Angleterre victorienne (Rippert Street ,Penny Dreadful, Sherlock, Downton Abbey, Dracula …) est pléthore. Sans doute l’ambiance noire et gothique de ses bourgs n’y est pas étrangère. Force est de constater que souvent ces séries sont de bonne factures et apportent leur lot de pitances mystérieuses aux afficionados d’une époque qui n’a toujours pas dévoilé tous ses secrets. La vieille Angleterre est souvent contrastée entre misère et démesure sociale cadençant ainsi une opposition de castes où l’arbitrage est régenté par plusieurs polices aux mœurs plus ou moins louables. L’histoire de Peaky Blinders n’y déroge pas. S’appuyant sur la vraie vie des frères Shelby, malfrats ayant sévi dans le Birmingham des années 1890à 1900, qui firent de l’indigence locale un bizness prolifique. 

peaky_reals

065542

© Tiger Aspect Productions 

La violence de leurs exactions leur valut le surnom de Peaky Blinders , ceci dû au fait qu’ils cachaient des lames de rasoirs dans leurs couvre-chefs pour taillader ,ennemis ou victimes, au front afin de les aveugler avant de procéder à un passage à tabac en bonne et due forme. L’inégalité des imprévisibles agressions aux jets de bouteilles en plein visage et coups de ceinturon, en firent de redoutables prédateurs. Steven Knigth (Crazy Joe, Locke) va transposer son récit 30 ans plus tard, en 1919 dans un  Birmingham, en pleine révolution industrielle d’après-guerre, affublé de tristes records exceptionnels tels que : mortalité, alcoolisme, jeu, violence urbaine et prostitution. 

pb-2

059931

© BBC (British Broadcasting Corporation

Peaky Blinders c’est avant tout une saga familiale temporelle (puisque s’appuyant sur une courte période), mettant en scène les Shelby. Le rôle tenu par Cillian Murphy (Au cœur de l’océan, Transcendance et bientôt L’attrape-rêves) en chef de famille est cinglant de vérité. A la tête d’un Empire en construction (3 saisons en tout), il va devoir tout à la fois tenir des frères « psychopathes et sociopathes », régir une entreprise aux multiples ramifications, soudoyer, racketter, accroître son territoire.Tantôt «homme d’affaires »,entremetteur,(gérant) d'histoires  de cœurs, parfois tueur froid, désinvolte et terrifiant,voici les quelques facettes de Tommy Shelby.

026817

© Tiger Aspect Productions

La venue d’un directeur de police, (Sam Neill, Dean Spanley, Backtrack-les revenants) copie conforme de Tommy Shelby en matière d’agressivité, accompagné d’une équipe de  200 policiers Irlandais va être le catalyseur de Peaky Blinders ce gang d’anciens combattants côtoyant crapules et membres de l’IRA sous le regard incrédule d’un tout jeune Winston Churchill. 

048666

© Tiger Aspect Productions

La translation minutieuse de cette époque est sidérante et je pense que la série est magnifiée justement par cette atmosphère noircie des cités ouvrières. Coudoyant un prolétariat urbain désenchanté qui cohabite dans des taudis à l’air vicié, la série détient une esthétique visuelle inattendue. Vous l’aurez compris, rien n’est édulcoré, ni le sexe primal, ni le déferlement d’atrocités. Pas de compromis, c’est « trash » et jubilatoire, Peaky Blinders est orgastique.

Peaky Blinders Trailer

Et pour le plaisir la bande originale subblime de Nick Cave

Peaky Blinders OST - Red Right Hand (Nick Cave And The Bad Seeds)

CHRISTIAN

$http://www.canalblog.com/cf/my/?nav=blog.content&bid=1345206$> $http://www.canalblog.com/cf/my/?nav=blog.comment&bid=1345206$> $http://www.canalblog.com/cf/my/?nav=blog.category&bid=1345206$>


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Christian Papia 13465 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines