Magazine Cinéma

[News] Jean-Claude Van Johnson : notre avis sur le pilote !

Par Onrembobine @OnRembobinefr
[News] Jean-Claude Van Johnson : notre avis sur le pilote !

Partager la publication "[News] Jean-Claude Van Johnson : notre avis sur le pilote !"

Amazon ambitionne de venir chatouiller Netflix et les autres networks sur leur propre terrain. Non contente de nous livrer le lendemain nos articles, la firme a donc commencé à produire des séries, comme l’année dernière l’acclamé Mozart In The Jungle et The Man In The High Castle. Egalement à l’origine de la série de Woody Allen -un événement- intitulée Crisis In Six Scenes, Amazon a ainsi pris pour habitude de soumettre au public des pilotes, afin que ce dernier décide, en votant, si les séries doivent être développées ou laissées sur le bord de la route. En 2016, trois nouveaux concepts ont été proposés : The Tick, le remake d’une série de la FOX qui suit de façon parodique un super-héro, I Love Dick, un drame décalé avec Kevin Bacon et Kathryn Hahn et… Jean-Claude Van Johnson. Et bien sûr, c’est à cette dernière que nous allons nous intéresser de façon un peu plus poussée, en vous donnant un avis sans détour sur le pilote. Parce que mine de rien, on parle quand même de Jean-Claude Van Damme. Et si I Love Dick et son casting parfait et The Tick et ses velléités prometteuses font bien évidemment envie, rien ne peut être aussi excitant que de suivre le plus belge des action men au fil des épisodes d’un show au pitch aussi alléchant que lui aussi extrêmement prometteur.

JCVD qui tient ici son propre rôle. Fatigué, végétant dans sa villa grand luxe, rouillé et blasé, il se remémore son âge d’or et ne semble plus rien espérer d’une existence désormais trop paisible.

Dès le début, quand il se présente au public avec une lucidité dont peu sont capables, l’évidence saute aux yeux : Jean-Claude Van Damme n’est pas là pour rigoler. Enfin si justement, mais vous voyez de quoi on parle. Dans la même veine que sa performance lunaire et jubilatoire dans le film JCVD de Mabrouk el Mechri, l’acteur jette un regard impitoyable sur son parcours et sur son statut de légende. À l’écran, le visage buriné comme jamais, le Belge le plus célèbre du monde étale un charisme incroyable et nous rappelle que des mecs comme lui, finalement, le cinéma et la télévision n’en comptent pas des masses. Ses yeux qui ont tout vu, ses traits marqués par des années de gloire, de coups de boule et de déclarations sujettes à moquerie, et son corps plus aussi souple, portant en son sein les stigmates de trop nombreux coups de pieds retournés et autres grands-écarts mythiques, Jean-Claude Van Damme adopte une posture franchement louable. Une démarche qui semble interdite à beaucoup de ses contemporains, encore trop autocentrés sur leur propre image (Steven Seagal si tu nous lis, c’est surtout de toi que l’on parle là).

Conscient que le meilleur est derrière lui mais toujours, d’une certaine façon, «aware» quant à la place qu’il occupe dans le cœur de très nombreux fans, son personnage, qui est le même à l’écran que dans la vraie vie (à quelques détails près), est le héros d’une série méta qui saura à n’en pas douter ravir les amateurs. Une série qui, si elle part d’un postulat réel, se dépêche néanmoins de prendre la tangente en nous dévoilant que le célèbre acteur est en fait un agent secret qui se fait appeler Jean-Claude Van Johnson. Un comédien dont les tournages ne servent qu’à maquiller des opérations top secrètes autour du monde, durant lesquelles il se frotte aux pires raclures.

Dans ce pilote, Jean-Claude Van Damme est parfait. C’est lui le centre de gravité de toute l’entreprise et chacune de ses interventions, et elles sont nombreuses, valent leur pesant de cacahuètes. Malheureusement, la réalisation est un peu moins enthousiasmante même si les scènes d’action, car Jean-Claude Van Johnson est aussi un show d’action, sont globalement réussies. Le bas blesse plutôt au niveau de la rythmique. Trop plan-plan, la mise en scène mériterait un peu plus de nerfs, tout comme le montage, qui s’endort un peu passée l’introduction, excellente, au son de Jacques Brel. Pour ce qui est de l’écriture, le pilote fait bonne figure. Surtout quand elle mise sur des clins d’œil savamment distillés et complètement jouissifs, pour tout bon fan de Van Damme qui se respecte. Mais là aussi, ça manque un peu de rythme. Pour autant, certains passages sont presque trop bons pour être vrais, à l’image de cet échange sur le côté dépassé des combats de Kickboxer

Si le public donne sa chance à Jean-Claude Van Johnson, celle-ci devrait à n’en pas douter penser à adopter une stratégie qui lui permettra de tenir sur la longueur sans baser uniquement sa dynamique sur les privates jokes. Le pilote, peut-être pas aussi parfait qu’il aurait pu l’être, contient en tout cas tous les éléments indispensables à un développement satisfaisant. Et puis il y a Van Damme. Le seul et l’unique. Un type revenu de tout, qui a su, au fil d’une carrière chaotique, se forger, peut-être un peu malgré lui, une légende hors du commun. Un acteur, un vrai, qui mérite à n’en pas douter que Jean-Claude Van Johnson (qui est produite par Ridley Scott, excusez du peu) se fasse. À suivre… ou pas !

Pilote de Jean-Claude Van Johnson : Note:

★
★
★
½
☆

jean-claude-van-johnson

@ Gilles Rolland 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Onrembobine 56448 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines