Magazine Beaux Arts

De la forge au Purgatoire

Publié le 30 août 2016 par Detoursdesmondes
Simonet-biokou

Originaire du Bénin, Simonet Biokou appartient à une grande famille de forgerons, les Dakpogan de Porto-Novo. Tôt, il s’est « jeté à la forge ». Il aime les ferrailles qu’il assemble, soude, recouvre de vernis. Son thème de prédilection, la récupération. Boulons, vis, ressorts, mais aussi chaînes de vélos, jantes de voiture, compresseur de frigo se métamorphosent entre ses doigts : il redonne la vie là où elle s’est arrêtée et crée un monde peuplé de figures de la vie quotidienne – musicien, femmes au marché, paysans…

Cheval-biokou

Mais au Bénin, les dieux ne sont jamais très loin et ses sculptures s’inspirent également du panthéon vodoun. La démarche nécessite alors un certain rituel. Ainsi nous dit-il « Quand j’ai eu l’idée de réaliser Sakpata (divinité de la terre, très vénérée à Porto-Novo), je suis allée voir les prêtresses de Sakpata pour avoir l’accord et j’ai donné l’argent pour une cérémonie… et après j’ai réalisé le dieu. Puis je les ai invitées pour mettre une puissance sur l’œuvre ».

Simonet Biokou exposera ses sculptures du 7 au 30 septembre 2016
Au Purgatoire-54 Paradis
54 rue de Paradis, 75010 Paris.
Vernissage le mercredi 7 septembre de 18h30 à 21h
Lundi-vendredi 10h-18h (sauf événement particulier) +33 1 48 78 77 13.

Texte © Martine Amiot-Guigaz
Photos © Simonet Biokou.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Detoursdesmondes 6934 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines