Magazine Culture

“Les réponses” d’Elizabeth Little : suspense et humour corrosif !

Par Monia Boubaker @OHasardDesMots

Si vous cherchez un polar intrigant et surprenant, Les réponses d’Elizabeth Little est peut-être celui qu’il vous faut. Pour un polar, c’est une lecture que j’ai trouvée bien différente ; de par la façon dont est traitée l’histoire, dans sa structure, mais aussi par le ton employé : un brin cinglant ! Un polar qui pour moi, se démarque des autres en de nombreux points !

Les réponses - Elizabeth Little

“Les réponses” d’Elizabeth Little, paru au format poche aux Éditions 10/18. Photo Monia Boubaker

Résumé de l’éditeur :

Après un procès qui a passionné l’Amérique, la jeune Janie Jenkins est reconnue coupable de l’assassinat de sa mère, la très fortunée et très mystérieuse Marion Elsinger. Dix ans plus tard, suite à une enquête sur la manipulation de preuves par le laboratoire de police scientifique de L.A, Janie Jenkis sort de prison. Sa libération scandalise le pays, convaincu de la culpabilité de la riche héritière.

Janie est-elle coupable ou innocente ? Elle-même n’en a pas la moindre idée. Trop ivre la nuit du meurtre, elle n’a plus aucun souvenir de ses faits et gestes. Ne lui reste en mémoire que les deux derniers mots prononcés par sa mère, deux mots mystérieux qui vont la conduire à aller chercher les réponses à toutes les questions qu’elle se pose dans une petite ville du Middle West.

Les réponses d’Elizabeth Little est un polar qui m’a captivée dès les premières pages.

J’ai tout de suite accroché au style de l’auteure, et à son humour plutôt brut, incisif. Très cynique, à vrai dire. Et j’ai adoré !

L’histoire est racontée à la première personne du singulier, ce qui permet au lecteur de se mettre instantanément dans la peau de Jane Jenkins.

Le récit est ponctué d’articles de journaux, de retranscriptions de textos, de témoignages enregistrés lors du procès, de brochures, de schémas… Autant d’informations qui donnent une dimension réelle, et un aspect original à l’histoire, tout en renforçant sa crédibilité.

Au cours de la lecture, les doutes quant à la culpabilité de Jane se sont insinués dans mon esprit. Je n’étais sûre de rien. Jane est par moments détestable, ce qui rend son innocence plutôt difficile à croire.

J’ai ressenti sa colère par rapport à ce qu’elle a vécu après son arrestation. Les moments difficiles qu’elle a dû traverser, comme les interrogatoires, le procès, et les longues années de prison. Colère qu’elle cache instinctivement par un humour cinglant avec lequel elle repeint chaque personne qui croise sa route.

Même si au départ, je la trouvais peu sympathique, finalement, au fur et à mesure que j’avançais dans sa quête de vérité, j’en suis venue à lui donner gain de cause, à comprendre, et même excuser son comportement, qui consiste la majeure partie du temps à repousser et dégoûter d’elle les personnes qui tentent de l’approcher.

À travers ses mots, j’ai imaginé cette relation difficile, conflictuelle, qu’elle a eu avec sa mère toutes ces années. Et je me suis attachée à elle. Jane Jenkins est un personnage qui m’a agacée, émue, et fait rire aussi. Avec un humour comme ça, vous verrez, il est difficile de résister… Ce qui est sûr, c’est qu’elle ne vous laissera pas indifférent.

(…)

« Qu’est-ce que vous me voulez ? demandai-je

– J’ai des affaires qui ont disparu hier soir.

– Si vous voulez parler de votre cerveau, j’ai bien peur de ne rien pouvoir faire pour vous.

Un serveur passa entre les tables pour débarrasser la salade, et la remplacer par un potage aux palourdes.

Sérieux ? Des palourdes ? Dans le Dakota du Sud ?

« Où étiez-vous ce matin ? enchaîna Léo, imperturbable. Je suis passé à l’auberge à l’heure du petit déjeuner, mais je ne vous ai pas trouvée.

– J’ai fait la grasse matinée.

– J’ai toqué à votre porte.

– Je n’ai pas dû vous entendre.

– Bien tenté. Je suis entré dans votre chambre. Elle était vide.

Je me raidis.

« Vous vous êtes introduit dans ma chambre sans mon autorisation ?

– Je m’inquiétais pour votre sécurité. Vous auriez pu glisser dans la douche, ou vous faire emporter par un courant d’air.

– Et vous avez découvert des choses intéressantes ?

– À part des vêtements qui ne peuvent être que volontairement aussi moches, non. »

Il marqua une pause avant de poursuivre.

« Ce qui veut dire que les choses intéressantes doivent se trouver dans ce sac dont vous ne vous séparez jamais. Ça vous ennuierait que j’y jette un œil ? »

Je haussai les épaules. Comme si j’étais assez conne pour laisser traîner quoi que ce soit de compromettant dans mon sac. Je ne suis pas une débutante. (…)

Les réponses est un polar qui fait réfléchir ; et une lecture dont on tourne les pages encore et encore… jusqu’au dénouement, aussi surprenant, inattendu et… terriblement cynique. Toujours.

À travers ce roman qui offre aux lecteurs un suspense grandissant, Elizabeth Little n’épargne personne, pas même son personnage principal.

Moi, j’ai adoré, alors je n’aurais qu’un mot à vous dire : foncez !

(Visited 1 time, 1 visit today)

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Monia Boubaker 1567 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines