Magazine Culture

Le marché

Publié le 05 septembre 2016 par Le Journal De Personne

 Lettre d'une rêveuse :

"Tout ce qui s'oppose aux intérêts du grand capital est dit d'extrême-droite. C'est valable chez nous, mais les donneurs de leçons continuent à s'apitoyer sur les migrants économiques Africains qui arrivent par centaines chaque jours ; Les mêmes qui n'éprouvent pas la moindre compassion pour leurs compatriotes français dans la misère ; à qui on ne promet pas de logement, tandis que Caseneuve prétend trouver 15000 logements pour les migrants ; en les disséminant dans toute la France : faut que tout le monde en profite, hein ! Sans parler des migrants allemands libres d'aller où bon leur semble en Europe et de profiter de nos largesses, auxquelles n'ont pas droit nos pauvres. Bientôt ce sera fini, ce cauchemar du remplacement de nos populations. Vivement le Grand Rembarquement !"

 L'être d'une tueuse :

Que Dieu t'entende!

Mais il ne t'entendra pas... il est mort et remplacé par le veau d'or...

Ton analyse, mon enfant, ma sœur a l'odeur de l'altitude... mais crois-tu qu'il suffise d'une hauteur de vue pour les faire changer de point de vue ?

De la dérision, voilà tout ce que m'inspire ta vision de la division du monde et quitte à te désespérer définitivement des bons sentiments, je te dirai que ça ne va pas s'arranger... ça va même s'empirer... car le pire que tu redoutes est sans aucun doute désiré par l'empire.

Comment tu l'appelles déjà ? Le Grand capital ?

Erreur ! Ce n'est pas le grand capital qui fait le plus de mal, il n'est que ce qu'on en fait ... ni même le capitaliste qui croit tout maitriser, sujets et objets... non... l'auteur de tous tes malheurs, c'est le système : le capitalisme, indomptable, invulnérable et infalsifiable...

Et sais-tu pourquoi ton nationalisme, ton patriotisme ou ton souverainisme n'ont aucune portée ?

Parce que le système a accaparé toute la réalité : aussi bien les objets regardés que les yeux qui regardent, les choses jugées que les juges. Le beurre et la laitière au pot au lait. Ils sont tous dans le même panier...

Tu crains les arabes et tu te retrouves avec des crabes... des scorpions, des serpents qui pour survivre n'hésiteront pas à t'arracher les bras.

Je vais te décliner les choses d'une manière plus amusante et moins savante.

Ton emploi d'aujourd'hui ne dépend pas de toi, mais de l'entreprise qui t'emploie et l'entreprise qui t'emploie ne peut continuer à t'employer que si elle continue de gagner des parts de marché.

Et elle ne peut gagner des parts de marché sans les faire perdre à d'autres entreprises, qui, elles finiront par disparaître du marché... ça s'appelle la compétitivité, c'est à dire la guerre économique de tous contre tous. SI TU  NE PEUX TUER PERSONNE, TU MEURS !

C'est mathématique : tout point gagné par l'un est un point perdu par l'autre... et ne crois surtout pas que ce sont les meilleurs qui gagnent mais les tueurs... les sans Foi, ni Loi...

La Patrie, tu oublies, la Nation n'est plus chérie, ni à chérir, c'est le système qui a tout pris, tout compris. Ce n'est pas Marx, c'est Darwin qui a eu le dernier pli :

La Nature est sélective, la sélection est naturelle, seuls les gros survivront... les plus riches, les plus puissants, les plus méchants.

Les migrants leur couteront moins et leur rapporteront plus... c'est ça le système qui crève les yeux et ringardise ta carte de vœux.

 

 Comment conclure ce marché ? 

C'est désormais le marché qui indique le chemin, fixe les prix et ordonne le profit...

Le marché, le marché, le marché ! Qui garde à vue, inspecte, suspecte, espionne, dirige, légifère, argumente, endoctrine, prêche, contrôle, estime, apprécie, censure et évalue !

Le  marché : Institution sans titre, ni science, ni conscience, sans verbe et sans sujet...

Institution aveugle, qui vous note, enregistre, recense et encense, licencie, autorise, empêche, redresse, corrige et exige!

Le marché qui vous rançonne, vous exploite, monopolise... diabolise, mystifie, vole, viole, chosifie, marie, sépare et répudie... manie et maquille...

Le marché qui vous réprime, déprime, vexe, traque, désarme, assomme, emprisonne, poursuis,

vous fusille, trahi, juge, condamne et oublie !

Voilà le marché, voici sa justice, voilà notre supplice !!!!

C'est ce drame qui doit figurer dans vos programmes et non l'islam !!!

 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Le Journal De Personne 76484 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte