Magazine Culture

Si j’étais arabe

Publié le 06 septembre 2016 par Le Journal De Personne

Si j'étais arabe,

Je dirais que la vérité ne peut être rendue publique. Elle est pudique. De là à déclarer que toute publicité est mensongère, il n'y a qu'un pas. Et je m'en vais le franchir avec ou sans votre bénédiction :

1- il n'y a pas de fumée sans feu : si. Il suffit d'inspirer avec une cigarette électronique. C'est la dernière trouvaille de sainte Nicotine. C'est ce qui fait de tout progrès, un progrès vers la mort.

2- qui cherche, trouve : loin s'en faut. C'est peut être ma faute ou mon défaut, mais j'ai du mal à dire que c'est vrai, lorsque c'est faux. Je cherche un emploi depuis très longtemps et je n'en trouve toujours pas. J'ai dit non à la prostitution. Et ceci explique peut-être cela.

3- connais-toi toi-même : je vous le déconseille vivement.

D'abord parce qu'aucun œil ne peut se voir lui-même et puis parce qu'il n'y a rien à voir, c'est tout vu comme la recherche du temps perdu. Vous risquez tout au plus de vous décevoir, d'être déçu.

4- qui vivra, verra : encore une promesse qui est loin d'être tenue. Même si nous sommes nombreux à l'avoir retenue. Ce n'est pas très élégant pour les non-voyants, ni très courtois par rapport aux malvoyants : égoïstes, racistes et humanistes...

5- qui peut le plus, peut le moins : détrompez-vous, j'ai vu des hommes rayer un pays entier de la carte et ne pas être capables de balayer devant leur porte. Très peu pour eux... parce qu'ils veulent tout ou rien. La relativité est restreinte mais leur volonté est absolue. Ils ne peuvent se contenter de peu. Ils désirent se substituer à Dieu.

6- une hirondelle ne fait pas le printemps : si. Mais si.

C'est Rabia qui le dit : un seul atteint la vérité et chaque UN peut se sentir concerné.

Deux hirondelles ne font pas le printemps, elles se font un caprice, un caprice à deux, deux caprices : elles se querellent ou s'envoient en l'air.

7- il n'y a pas d'amour heureux : encore un vers conçu de travers par quelqu'un qui n'est ni heureux, ni amoureux. Car on ne peut vivre sans leurre, tout amour est une promesse de bonheur. Et tout bonheur sans amour est un malheur.

8- les absents ont toujours tort : Il vaut peut-être mieux être absent que faire acte de présence sans être vraiment présent. Fausse présence. Fausse semblance.

Savez-vous ce que c'est que la présence ? Ce n'est pas être ici ou là, c'est saisir et être saisi, c'est prendre part.

Exiger sa part sans négliger celle de l'Autre, autrement dit : partager...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Le Journal De Personne 74361 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte