Magazine Autres musiques

Musique et Eternité

Publié le 06 septembre 2016 par Philippe Delaide

Le film réalisé par Trần Anh Hùng, Eternité, sort demain 7 septembre prochain avec à l’affiche Audrey Tautou, Mélanie Laurent et Bérénice Bejo. Il est tiré du roman L'élégance des veuves, écrit par Alice Ferney (Editions Actes Sud).

Je suis allé visionner ce film magnifique en avant-première et en ai été profondément bouleversé. Trần Anh Hùng est un réalisateur dont le travail repose beaucoup sur la restitution des sensations, des instants capturés, avec une densité, une intensité remarquables. Il est très attaché aux perceptions sensorielles, préoccupation esthétique que l'on retrouve souvent dans l'expression de nombre d'artistes asiatiques ou d'origine asiatiques.

Affiche Eternité

Il est important de noter la part importante allouée à la musique dans ce film. Ce point n'est, pour l'instant, pratiquement jamais souligné dans les premiers articles consacré au film, tant les médias se concentrent sur le trio des stars féminines françaises qui tient l'affiche... Sur près de deux heures, dans ce film aux dialogues très resserrés et rares, la force de l'image, la beauté de la photographie sont sublimées par la musique (admirable travail également de la directrice artistique de Tran Nu Yên Khê, épouse du réalisateur et actrice principale du film qui l'avait révélé en 1993, L'Odeur de la Papaye Verte ainsi que du directeur de la photographie, Mark Lee Ping Bin).

Les nombreux morceaux de musique classique sélectionnés, pour la plupart interprétés au piano, et dont certains sont très connus des mélomanes, jouent en effet un rôle déterminant dans la narration.

Pour reprendre les propres termes de Trần Anh Hùng : 

"Comme les images de ce film ne sont pas faites pour raconter une histoire mais pour créer un flot de situations esquissées, entrainé par le temps inexorable, j’ai découvert que certains morceaux de musique que j’ai utilisés avaient un rôle « narratif » et épousaient de près l’intériorité des personnages, et en même temps maintenaient le spectateur à la bonne distance des drames dont il est témoin"La musique travaille de concert avec la voix off ; et ensemble, elles produisent un récit qui se déploie de façon inédite et profondément émouvante".

J'ai en outre découvert, en suivant le générique de fin, qu'outre la sélection admirable opérée quant aux pièces interprétées, le fait que les pianistes sélectionnés figurent parmi les interprètes qui me sont les plus chers (ex : Racha Arodaky sur GF Haendel avec la Sarabande de la suite N°4 en mi mineur, le menuet en sol mineur de la suite N°1, Aldo Ciccolini sur nombre de pièces dont Debussy, Arturo Benedetti Michelangeli sur le concerto en sol de Ravel, Stephen Kovacevich sur Beethoven...), Arcadi Volodos sur JS Bach entre autres,...

Film très singulier, d'une puissance narrative impressionnante et belle performance d'actrices. A voir absolument.

Plus de détails sur le film.

Interview intéressante du réalisateur :


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Philippe Delaide 1912 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte