Magazine Cinéma

[Critique] BEN-HUR (2016)

Par Onrembobine @OnRembobinefr
[Critique] BEN-HUR (2016)

Partager la publication "[Critique] BEN-HUR (2016)"

Titre original : Ben-Hur

Note:

★
★
★
☆
☆

Origine : États-Unis
Réalisateur : Timur Bekmambetov
Distribution : Jack Huston, Toby Kebbell, Morgan Freeman, Nazanin Boniadi, Rodrigo Santoro, Sofia Black D’Elia…
Genre : Péplum/Aventure/Adaptation/Remake
Date de sortie : 7 septembre 2016

Le Pitch :
Prince de Judée, Judah Ben-Hur est forcé d’endosser la responsabilité d’une tentative de meurtre sur Ponce Pilate afin de sauver sa famille du joug de l’Empire Romain. Son frère adoptif, Messala, devenu centurion, choisit d’ignorer ses suppliques et le condamne aux galères. Après des années en mer, Ben-Hur parvient à regagner miraculeusement la terre ferme et découvre le nouveau visage de Jérusalem, alors occupé par les Romains. Son plus grand désir : se venger…

La Critique :
Il est tout à fait normal de s’indigner devant cette énième version de Ben-Hur. Après tout, pourquoi essayer de refaire ce qui a déjà été accompli à la perfection ? Le réalisateur William Wyler et son acteur Charlton Heston ayant livré en 1959 l’adaptation définitive du roman de Lew Wallace, remportant 11 Oscars bien mérités. Mais pourtant. 57 ans séparent le nouveau Ben-Hur de l’ancien. Entre temps, le héros a eu droit à une mini-série et à un dessin-animée mais rien de bien consistant. 57 ans, c’est long et souvent, les studios n’attendent pas autant de temps pour mettre en chantier leurs fameuses relectures. Les exemples sont nombreux et si Ben-Hur version 2016 ne semblait pas partir du bon pied pour légitimer son existence, il était, réflexion faite, assez normal qu’on tente de remettre le mythe à jour. Car oui, sur le papier, rien de bien excitant ici. Il faut dire qu’on a aussi appris à se méfier des péplums 2.0 qui semblent tous se calquer sur 300 ou sur la série Spartacus, avec leurs sempiternels ralentis et des effets numériques bien moches. Le trailer du film qui nous intéresse n’ayant rien fait de particulier pour nous rassurer. Sans parler de la présence derrière la caméra de Timur Bekmambetov qui avec Night Watch, Day Watch, Wanted et Abraham Lincoln : Chasseur de Vampires s’est lentement mais sûrement constitué l’une des pires filmographies vues de mémoire récente.
Le truc, c’est que Ben-Hur n’est finalement pas si mal. Surtout quand on s’attend à tomber sur un techno-bidule de synthèse en forme de sacrilège fait à l’œuvre maîtresse de Wyler.

ben-hur-rodrigo-santoro

Tout débute sous les meilleurs auspices. On se prépare au pire et on assiste à quelque chose de moins tapageur que prévu. Les personnages, solidement campés, sont développés, ainsi que leurs relations. On reconnaît bien l’histoire originale et le Timur reste sage. Quand il s’énerve, c’est en plus pour nous gratifier d’une séquence de bataille navale, du point de vue de Judah, qui est en train de ramer. Une scène aussi immersive que visuellement réussie. Le réalisateur n’en fait pas des caisses. Il est plus dans une démarche old school et donc respectueuse du genre. Il nous plonge au cœur de l’action. On ressent la détresse du personnage et la rudesse de son environnement. L’autre morceau de bravoure fait écho au chef-d’œuvre de William Wyler et se situe dans l’arène. Il s’agit bien sûr de la course de chars. Une prouesse en 1959, qui devient en 2016 certes moins impressionnante, mais néanmoins suffisamment maîtrisée pour nous offrir quelques beaux moments. On pourra même pousser un peu en affirmant que dans son genre, cette course, bien sauvage à souhait, fait partie des plus belles choses que nous ayons pu voir au cinéma cet été.
Mais sinon… qu’il y a-t-il entre ces réussites visuelles ? Réponse : de multiples occasions de nous décevoir et de ramener le métrage à un rang moindre.

Jack Huston est beau, il a de la prestance, son Ben-Hur a de la gueule et que ce soit dans l’émotion ou dans l’action, il fait le job. Toby Kebell lui, en fait un peu de caisses mais ce n’est pas grave. Un peu comme avec les dreadlocks de Morgan Freeman. Elles ne sont pas du plus bel effet, mais que nenni. Le comédien qui est dessous lui, fait son boulot avec le professionnalisme qu’on lui connaît. On retrouve Sofia Black D’Elia, une transfuge de la version U.S., de Skins et Nazanin Boniadi d’How I Met Your Mother et Homeland qui toutes les deux apportent la douceur nécessaire. Tout ce joli monde tient ses positions et empêche la galère de sombrer. Ce qu’ils ne peuvent pas empêcher par contre, c’est de stopper la dégringolade du film, dès lors qu’il se souvient que dans le bouquin (et dans le film original), il y avait Jesus. Parce qu’en l’état, les scénaristes et le réalisateur ont visiblement voulu se rapprocher de Gladiator. L’histoire est similaire et permet de faire de multiples rapprochements. Gladiator qui s’inspirait lui aussi de Ben-Hur ou des 10 Commandements. On tourne en rond mais on a l’habitude. Mais Jesus n’était pas dans Gladiator. On a alors franchement l’impression qu’une fois le script écrit, avec le retour du héros, la vengeance et tous les trucs attendus, les scribes se sont rendus compte qu’ils avaient oublié le fils des Dieu. Et vas-y que je le présente au public, et vas-y que je rappelle qu’il est là, quelque part, avant de conclure grâce à lui, en 5 minutes, en enchaînant de manière très maladroite son arrestation, son calvaire et sa crucifixion. Le tout sans jamais vraiment s’intéresser au personnage. De quoi donner des sueurs froides à Mel Gibson.
Dans ce Ben Hur 2.0, Jesus n’est que la clé du dénouement alors qu’il était indispensable au film avec Charlton Heston, en décuplant notamment la puissance évocatrice du propos. Dans la Bible, Jesus se sacrifie pour sauver les hommes de leurs péchés. Dans Ben-Hur, on a l’impression qu’il se sacrifie pour sauver Ben-Hur des romains, en accomplissant in extremis une série de miracles dont le principal effet secondaire est d’offrir au public une fin absolument calamiteuse. Une conclusion ridicule au possible, bâclée et illogique. Une façon de couronner l’échec d’un scénario qui commençait plutôt bien, mais qui n’a eu de cesse d’enchaîner les mauvais choix pour déboucher sur ça…
Surtout qu’au final, tout le monde y perd. Jesus, Ben-Hur, Messala et nous, le public. Tout le monde.

En Bref…
Le Ben-Hur de Timur Bekmambetov n’est pas la catastrophe redoutée. Parfois, il est même assez flamboyant. Il y a de bonnes idées et visuellement, le film est une réussite. Il reste très en deçà de l’original bien sûr mais quand même. Quand on s’attend au pire, ça suffit pour nous maintenir éveillés. Dommage alors que le scénario soit si brouillon. De moins en moins cohérent, il opte pour la facilité, commet une série d’erreurs fatales et termine en se vautrant comme c’est pas permis dans le ridicule de bas-étage.

@ Gilles Rolland

Ben-Hur-Freeman-Huston
  Crédits photos : Paramount Pictures France


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Critique: Julieta

    Critique: Julieta

    Réalisation Pedro Almodóvar Scénario Pedro Almodóvar d’après des nouvelles d’Alice Munro Acteurs principaux Emma Suárez Adriana Ugarte Daniel Grao Inma... Lire la suite

    Par  Cinedingue
    CINÉMA, CULTURE, DVD, LIVRES, MUSIQUE
  • Critique: Irréprochable

    Critique: Irréprochable

    Réalisation Sébastien Marnier Scénario Sébastien Marnier Acteurs principaux Marina Foïs Jérémie Elkaïm Joséphine Japy Sociétés de production Avenue B Production... Lire la suite

    Par  Cinedingue
    CINÉMA, CULTURE, DVD, LIVRES, MUSIQUE
  • Critique Bluray: The Witch

    Critique Bluray: Witch

    Réalisation Robert Eggers Scénario Robert Eggers Acteurs principaux Anya Taylor-Joy (en) Ralph Ineson Kate Dickie Harvey Scrimshaw Ellie Grainger Lucas Dawson... Lire la suite

    Par  Cinedingue
    CINÉMA, CULTURE, DVD, LIVRES, MUSIQUE
  • Critique: Nocturama

    Critique: Nocturama

    Réalisation Bertrand Bonello Scénario Bertrand Bonello Acteurs principaux Vincent Rottiers; Finnegan Oldfield; Hamza Meziani; Manal Issa Sociétés de production... Lire la suite

    Par  Cinedingue
    CINÉMA, CULTURE, DVD, LIVRES, MUSIQUE
  • Critique: Comancheria

    Critique: Comancheria

    Titre original Hell or High Water Réalisation David Mackenzie Scénario Taylor Sheridan Acteurs principaux Chris Pine Ben Foster Jeff Bridges Gil Birmingham... Lire la suite

    Par  Cinedingue
    CINÉMA, CULTURE, DVD, LIVRES, MUSIQUE
  • Critique: Brooklyn Village

    Critique: Brooklyn Village

    Titre original Little Men Réalisation Ira Sachs Scénario Ira Sachs Mauricio Zacharias Acteurs principaux Greg Kinnear Paulina García Jennifer Ehle Pays d’origin... Lire la suite

    Par  Cinedingue
    CINÉMA, CULTURE, DVD, LIVRES, MUSIQUE
  • Critique: Willy 1er

    Critique: Willy

    Réalisation Ludovic Boukherma Zoran Boukherma Marielle Gautier Hugo P. Thomas Scénario Ludovic Boukherma Zoran Boukherma Marielle Gautier Hugo P. Lire la suite

    Par  Cinedingue
    CINÉMA, CULTURE, DVD, LIVRES, MUSIQUE

A propos de l’auteur


Onrembobine 53826 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines