Magazine Culture

Cannabis médicinal : un état des lieux

Publié le 12 septembre 2016 par Savatier

Cannabis_medicinalParlera-t-on beaucoup de ce livre, tant le sujet fait naître chez les politiques et dans l’opinion publique des réactions épidermiques, irrationnelles ? L’essai de Michael Backes, Cannabis médicinal, ce qu’il faut savoir… (Hugo Doc, 274 pages, 24,90 €) n’a pourtant rien d’une incitation à consommer une substance interdite en France par la loi. L’avertissement qui précède le sommaire en fait clairement état. Certes, l’auteur, spécialiste reconnu de la question, écrit dans son introduction « Les lois qui interdisent l’accès au cannabis médicinal sous la supervision d’un médecin doivent absolument être réformées », mais son approche de vulgarisation scientifique ne saurait se confondre avec les intentions que l’on prêterait à un ouvrage de propagande.

Dans une première partie, Michael Backes s’attache à retracer une histoire de la plante et en assure une présentation scientifique ; on y apprend que son utilisation thérapeutique, notamment en Asie, remonte à plusieurs millénaires. Une seconde section aborde, études à l’appui, l’utilisation du cannabis médicinal sous diverses formes ; dans une troisième, figure un catalogue des différentes variétés existantes, assorti d’un certain nombre d’observations sur leurs propriétés respectives. Quant à la quatrième, qui intéressera prioritairement médecins et patients, elle dresse une liste de pathologies pour lesquelles l’efficacité de l’usage médical du cannabis a été établie, qui couvre un large spectre, de la maladie d’Alzheimer aux migraines, des maladies auto-immunes à la douleur, des nausées induites par la chimiothérapie aux troubles du mouvement, etc. Là encore, le sujet est examiné avec rigueur ; il ne fait pas l’impasse sur les effets indésirables possibles ou la question de la grossesse, par exemple.

L’intérêt de cet essai réside dans l’état des lieux qu’il propose ; il constitue aussi un outil de réflexion, dans la mesure où la médecine s’intéresse de plus en plus aux propriétés thérapeutiques du cannabis et où de nombreux pays qui ne sont ni des narco-Etats, ni des républiques bananières, l’ont autorisé ou développent des programmes de recherches à son sujet. La France reste très en retard, notamment par rapport à l’Espagne, aux Pays-Bas, au Canada ou aux Etats-Unis, tout comme elle fut très en retard dans la prise en charge de la douleur – curieux paradoxe d’un pays reconnu à juste titre pour sa médecine de pointe. L’opposition semble relever davantage de l’ordre moral que du réel intérêt des patients, ce qui défie la logique, puisque la pharmacopée actuellement disponible sur le territoire inclut des dérivés d’opiacés comme les analgésiques morphiniques. Il serait pourtant intéressant d’aborder ce thème sur un mode neutre et apaisé – en donnant la parole aux scientifiques plus qu’aux politiques, sans doute – afin d’éviter que les malades pour lesquels un tel traitement serait bénéfique, en soient réduits à y renoncer ou à s’installer dans l’illégalité.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Savatier 2446 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine