Magazine Culture

(Anthologie permanente) Christophe Manon

Par Florence Trocmé

Laurent Albarracin a publié une note consacrée au livre de Christophe Manon sur le site de Pierre Campion et a choisi cet extrait pour Poezibao :
NOUS SOMMES ALLÉS sommes
allés au-devant de nous-mêmes ne craignant ni la fatigue ni
les épreuves nous cherchons asile pour nos exils intérieurs des replis
stratégiques traversant des nuits plus nocturnes que la nuit tel
qui marche et déploie son pas nous avons vu
les usines désaffectées vu
les industries pétrochimiques usines à gaz centrales électriques réacteurs nucléaires vu
la domestication des êtres le contrôle des flux migratoires le bitume
brûle nos semelles respirer notre seule vertu respirer
non pas un renoncement respirer
sans heurts sans déchirement du temps certains
la promesse de nouveaux
possibles mais personne jamais
n’est venu personne
n’a déclenché l’alarme.
*
NOUS TENTIONS DE TENDRE l’oreille
au temps et de le faire entendre nous imaginions
des fictions pour travestir le réel pour
ne pas être poursuivis par nos ombres berçant
notre infini nous cherchions à capturer la vie dans nos livres mais
comment garder mémoire d’un éblouissement il n’y avait que
des mots qui s’ajoutaient à d’autres mots l’envie désespérée d’éternité et d’absolu qui
bouleverse nos cœurs une poussière à la fin répandue
sur toutes choses et
cela aussi n’était qu’une forme de torpeur pareille
à ces blessures qui nous sont antérieures mais
tenir il le faut accepter la splendeur du sensible car
que le monde est grand
aux yeux de nos souvenirs
que le monde est petit et cependant
plein de grâce et
comme il vacille.
*
NOUS N’ÉTIONS RIEN glissant
au-dessus des cimetières parcourant la planète et son disque électrique métal silex sa face soudain
changée soudain mouvement nous étions
mobilité circulation vitesse et néons
qui vibrent sous les ongles sous les paupières moteurs rouages huile graisse carburant un assemblage
de muscles tendons os cartilages articulations parlant
la langue du côté où
nous marchions en compagnie des morts le sang vibrant collé
au sommeil verticale notre circonférence vertical
le corps indéchiffrable vacillant dans le vent déployé complices peut-être
d’un jour nouveau perchés haut hors
de toute crainte ignorant
quand cela commença.
Christophe Manon, Au nord du futur, éditions Nous, 2016, 100 p. 15 €, pages 14 à 16.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines