Magazine Culture

Slow Revolt, oui, mais Fast Love

Publié le 20 septembre 2016 par Le Limonadier @LeLimonadier
We Move, toujours de l’avant avec James Vincent McMorrow

Avouons-le, en écrivant ces lignes votre jeune chroniqueuse a encore les mains et le palpitant qui tremblotent. A l’origine de tout ce chamboulement? Les balades dérangeantes de The Slow Revolt qui ont affolé ses écoutilles, pourtant si friandes de vrillements éclateurs-de-tympan, de rap bourrin et de rock ruisselant, sa mine s’en est presque mise à frétiller d’impatience de caresser le papier devant tant de douceur et d’émotion…

Derrière ce mystérieux projet se cache le musicien et chanteur londonien, Joe Mirza, qui partage depuis maintenant trois ans ses sonorités pop électrisantes et qui sortait le mois dernier son nouvel opus intitulé Sketches.

« Lean » ouvre la parade avec son surprenant melting-pot divergent d’influences. Un morceau dérangeant baignant dans une atmosphère à la fois légère et pesante. Un son qui évoque cet instant T, juste avant que les zébrures lumineuses des éclairs fassent craquer le ciel avant la tempête. Joe orchestre un piège parfait car, en apparence désorganisé à la première écoute, la track gagne en fluidité au fil des secondes. D’agréables pincées eighties prennent place aux côtés d’échos toniques affriolants et glauques. The Slow Revolt nous mène vers une route incertaine, où nos esprits divaguent sur la banquette arrière.

« Stitched » prédit l’entrée imminente dans la sphère électronique, son instrumentation lancinante et aiguisée de pointes perçantes s’élève en loops comme un flot continu de pensées et d’émotions. La voix délicieusement grave est surmontée de cordes magnifiant l’ensemble. Un morceau qui se serait annoncé divin s’il avait été accompagné de violons angéliques.

« Small Fires » revêt enfin cet habit électronique tant attendu, la dimension cinématographique de Sketches se révèle ici indéniable. L’effet crescendo orchestré par Mizra est clair , si Joe abandonne les sonorités effrayantes et tristes à pleurer, c’est pour mieux annoncer l’arrivée de cet évènement perturbateur… On ne saurait dire si l’histoire qu’il dépeint est fantastique, ou celle d’un adulescent se remémorant des amours passés… mais elle est orchestrée avec un talent tel qu’on ne peut lui répéter d’abandonner la nostalgie. Les beats tropicaux sonnent comme une promesse de jours meilleurs, inscrivant en lettres blanches sur un écran obscur un « to be continued » excitant, certes, mais un peu frustrant aussi.

Sketches n’est pas un carnet d’esquisses, mais bel et bien un story-board abouti prenant vie dans nos boîtes crâniennes. L’artiste anglais déploie son scénario en quatre titres percutants : des compositions qui font écho à l’âme, et poussent l’auditeur aux divagations rêveuses. The Slow Revolt est résolument l’une des révélations de ce mois de septembre. Vous voilà prévenus, Joe Mirza est à suivre de très, très près…

Retrouvez The Slow Revolt sur Facebook et Soundcloud

julia_w

julia_w

Amatrice d'électro et de sons gloomy, je suis chroniqueuse, correctrice et traductrice pour le Limonadier.
Du Krautrock à la Bossa Nova, j'aime tout particulièrement dénicher les perles parmi les samples les plus improbables.
Mon Cocktail Préféré :
Un Monbazillac bieen sweet.
julia_w

Les derniers articles par julia_w (tout voir)

  • Slow Revolt, oui, mais Fast Love - 20 septembre 2016
  • JakeGHNM & BubbleWild nous prouvent que le rap germano-américain se porte très bien, merci - 14 septembre 2016
  • Psychic Mirrors – Nature of Evil LP - 26 mai 2016

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Le Limonadier 23814 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines