Magazine Culture

Felicity Atcock, tome 1 : Les anges mordent aussi, Sophie Jomain

Par Les Griffonneuses
Bonjour tout le monde !Je vous écris aujourd'hui pour vous parler du premier tome de la série Felicity Atcock, de Sophie Jomain. Je vais même faire une chronique un peu plus approfondie qu'habituellement puisque j'ai eu l'occasion et la chance de rencontrer Sophie Jomain qui nous a parlé de son histoire !L'histoire:Felicity est une jeune femme plutôt classique, de celles que l'on peut compter parmi nos amies. Un soir après le boulot, sa meilleure amie, Daphnée, la contacte : elle a besoin qu'elle l'emmène le soir même à Londres, à plus de 2 heures de chez elle dans une boite de nuit. Là, Felicity va faire la rencontre d'un homme étrange, qui va lui dire qu'il la veut, et qu'il l'aura. A partir de là, sa vie va complètement changer.Lorsqu'elles vont découvrir le colocataire de Daphnée mort, Felicity va tout de suite comprendre qu'il y a des éléments surnaturels dans l'histoire... D'ailleurs, le flic tout à fait insupportable nommé pour se charger de l'affaire ne sera pas en reste d'un point de vue surnaturel. Malgré sa capacité tout à fait inédite à exaspérer Felicity, il commencera à la draguer et la jeune femme pourrait bien se laisser aller...Les évènements vont alors se précipiter, le mort va se réveiller en vampire, Feli va comprendre qu'elle a été marquée de manière irrémédiable par l'étrange homme de la boîte de nuit, Stanislas, étant lui aussi un surnaturel. Bref, plein de réjouissances, pour une simple humaine qui ne sait plus trop où donner de la tête.Felicity Atcock, tome 1 : Les anges mordent aussi, Sophie JomainMon avis:Cette histoire est absolument fantastique et pour une fois, une bonne intrigue a été écrite par une auteure française les amis ! Et je dirais même sacrément bien écrite ! Pendant la rencontre avec Sophie Jomain, je lui ai fait part du fait que, par certains aspects, cette série me rappelait un peu la Communauté du Sud. L'auteure m'a dit que c'était volontaire, que c'était le même type de roman, presque proche de la bit-lit. Mais toute ressemblance de l'histoire y serait fortuite. Cela dit, ce n'était pas du tout une critique parce que j'ai adoré cette série, disons jusqu'au tome 7.Les personnages, dans Felicity Atcock, sont attachants et aboutis et même si on peut avoir l'impression que l'intrigue est simple, on peut sentir qu'il y a un truc qui se prépare pour le tome suivant. Cela m'a été confirmé par l'auteur, j'ai donc encore plus envie de connaître la suite ! Les personnages secondaires sont assez nombreux finalement et chacun a son propre caractère, il est impossible de les confondre.Daphnée, la copine déjantée de Félicity, est la copine que Sophie Jomain "a toujours voulu avoir mais qu'elle est contente de ne pas avoir eue". Dit comme ça, ça donne envie ! Plus sérieusement, elle est complètement extrême. Un coup, elle va être là pour faire un plan totalement fou, et le coup d'après, elle va se mettre à flipper pour pas grand chose. C'est une sacrée girouette mais qui semble tout de même assez sympa.Terrence est le beau mec par excellence mais le tome 1 n'en divulgue pas beaucoup plus sur lui, si ce n'est que c'est un ange. C'est un homme canon, qui le sait et qui en joue. Mais quels sont ses autres atouts ? Les tomes suivants nous en dévoileront peut être un peu plus sur cet Apollon qui veut séduire Felicity avec impatience.Et Stanislas est un personnage totalement ambivalent. Au début, il semble totalement antipathique, faisant clairement comprendre à Felicity qu'elle est son esclave et que le moment venu, il ferait ce qu'il veut d'elle. Ensuite, il semble ne faire les choses que pour avoir ensuite une "récompense" mais on peut en douter parce qu'on voit qu'il fait beaucoup d'efforts pour aider notre antihéroïne. A voir donc ensuite comment leur relation va évoluer et quelle place va prendre Stan dans sa vie.Felicity est aussi la fille ordinaire par excellence. Elle travaille, elle a une petite maison de laquelle elle s'occupe toute seule et elle se reconnait elle-même bonne poire, toujours prompte à aider les autres, quitte à ce que cela se retourne contre elle ensuite. Comme par exemple, lorsqu'elle a accepté d'emmener Daphnée à Londres... Mais à côté de ça, c'est une fille raisonnable, qui a la tête sur les épaules : elle ne serait malgré tout pas prête à faire n'importe quoi pour les autres, elle a, elle aussi, ses limites qui sont légitimes. C'est vrai que par certains aspects, elle m'a un peu rappelé Sookie Stackhouse dans la Communauté du Sud. J'attends donc avec impatience de voir comment ce personnage va évoluer dans la suite de la série.Autant, pour ceux qui ont lu Noss Head, vous pourrez constater une différence de style. Alors que Noss Head vise plutôt un public ado, Felicity est écrit pour un public de jeunes adultes. On sent que l'auteur, sans avoir changé de registre, a passé un cap, pour grandir avec ses lecteurs, comme elle le dit elle-même. Le livre contient quelques scènes sensuelles mais je ne pense pas qu'on puisse véritablement parler de scènes de sexe. Oui, c'est bien ce qui se passe mais c'est raconté avec une certaine pudeur, laissant une part à l'imagination, étant plus suggéré que descriptif.Un très très bon début donc pour cette série pour laquelle j'accroche totalement. Sachez que Sophie a confirmé qu'il y aurait 6 tomes à cette série. Les 5 premiers sont parus chez Rebelle, le 6ème y sortira au mois d'octobre 2016. Mais en parallèle, la série est en cours d'édition chez J'ai lu, chez qui le tome 4 vient de sortir. A noter aussi dans vos agendas la sortie du premier tome des Etoiles de Noss Head illustré en octobre 2016 !

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Les Griffonneuses 2771 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines