Magazine Culture

Fin de partie

Publié le 26 septembre 2016 par Polinacide @polinacide

Coup de tonnerre sur la planète people : les Brangelina divorcent. Annoncée depuis des lustres par les gros titres à ragots, la nouvelle n’en a pas moins fait l’effet d’une bombe, que ce soit dans les médias ou sur les réseaux sociaux. Comme si on ne l’avait pas vu venir. Sans y avoir été invité, tout le monde s’en mêle pour rajouter son grain de sable à l’affaire, à croire que les sept milliards de terriens ici-bas sont profondément concernés par cette rupture. Peut-être est-ce même la manière dont certains le vivent. Et pour cause : rien de tel que d’admirer ce qui va mal chez le voisin pour relativiser la médiocrité de sa propre existence. Surtout quand il s’agit d’une célébrité que nous envions en secret : qui ne troquerait pas sa petite routine pour une vie rythmée de luxe, de fines bulles, de fans déchainés et de sourires ultrabright ? Allez, ne serait-ce qu’un jour.

Sauf qu’au lieu de se l’avouer, beaucoup préfèrent feuilleter les pages « people » des tabloïdes en ricanant à la vue du moindre bourrelet de star photographié sur la plage. Pour finir par se dire (avec un peu de chance) : « ouf, elle a le même que moi ! ». Un rapport d’amour-haine tout aussi faux que les effets spéciaux que nous admirons au cinéma. En attendant le prochain couple hollywoodien qui fera rêver – ou plutôt crever de jalousie – la planète entière, pourquoi ne pas aller s’épancher sur ses propres oignons pour y verser sa petite larme ? Histoire de faire le deuil du « Brangelexit ». Car le tapis rouge connait lui aussi bien des chutes. Et ça fait souvent plus mal que sur l’antidérapant de la salle de bain.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Polinacide 991 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine