Magazine Culture

Vingt kilomètres de paris

Par Antoine06 @AVissuzaine
Ce n’était qu’une reprise de la course après des mois d’arrêts, autant dire que j’abordais ce vingt kilomètres sans la moindre prétention, mais l’émulation d’un club de copains valait la peine d’aller courir à la capitale. Arrivé la veille, il m’était indispensable de commencer mon séjour par boire une bière avec mon ami Franck Duconno et Laurence, sa toujours aussi charmante épouse. Puis, bien qu’en congé de fin de semaine, il fallut se dépêcher car le rendez-vous au théâtre était à dix-huit heures et qu’il fallait prendre mon dossard et pauser la valise à l’hôtel. La mission se serait avérée impossible même pour un bellâtre comme Tom Cruise, autant dire que je n’avais aucune chance. Je me suis donc présenté devant le théâtre à dix-huit heures dix avec ma valise et j’eus accès à la salle après que le gérant m’ai fait les gros yeux ce dont je ne me suis toujours pas remis. Il aurait été bien dommage de rater « Le porteur d’histoires », une pièce magnifique à travers le temps et la magie des livres, une invitation que je dois à Annabel, je la remercie encore. Quant à mon dossard, Carole s’en est occupé pour moi après que je lui ai envoyé tous les documents nécessaires par la magie de la téléphonie portative. L’ami Thierry avait bien organisé les intérêts du club en nous dégotant par camarade interposé une péniche faisant office de vestiaire puis de lieu de ravitaillement après la course. La course, nous étions venus pour cela, partait du Pont d’Iéna, au pied de la Tour Eiffel, pour rejoindre l’Arc de Triomphe et le Bois de Boulogne et revenir sur les quais de Seine. Nous avons donc laissé les péniches pour le Quai Branly (comprends qui peut). Sur la ligne de départ j’observe de nombreux coureurs soutenant de justes causes, notamment médicales, le Rire Médecin, Mécénat chirurgie cardiaque, Veilleurs de vie, …. Les coureurs sont des sportifs généreux et solidaires. Si mon temps n’a rien d’exceptionnel et pour cause, celui de mes athlètes en revanche méritent les congratulations les plus admirables. Et comme nous ne sommes pas de la commune, ni même du canton, il ne restait plus beaucoup de temps avant de rejoindre la gare de Lyon ! VINGT KILOMÈTRES DE PARIS Courir à Peillon exceptionnellement vêtus en rayé 

VINGT KILOMÈTRES DE PARIS

Les provinciales de Peillon font un selfie,
 Chacun aura noté la boutique en arrière plan !




Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Antoine06 2209 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines