Magazine Amérique latine

Chute de l'emploi : les chiffres du premier semestre [Actu]

Publié le 15 octobre 2016 par Jyj9icx6
Chute de l'emploi : les chiffres du premier semestre [Actu]
L'INDEC, l'institut de statistiques argentin, vient de publier des chiffres alarmants : au cours du premier semestre, c'est presque 120 000 emplois qui ont disparu dans le secteur privé et 6129 entreprises ont mis la clé sous la porte.
L'INDEC a publié un rapport qui chiffre ces pertes secteur par secteur et que tous les journaux ou presque commentaient ce matin. Depuis plusieurs semaines, Página/12 tire le signal d'alarme : l'actuelle politique participe à désindustrialiser le pays, de revenir à une économie fondée uniquement sur le secteur primaire (mines, pétrole et agriculture) après le long effort consenti sous les trois mandats de Néstor et Cristina Kirchner pour développer l'activité industrielle (ce qui justifiait les mesures protectionnistes que le nouveau gouvernement lève les unes derrière les autres, pour favoriser les importations de produits manufacturés mais aussi d'aliments (fruits, légumes, viandes...).
L'Indec analyse également les tendances salariales, les montants nets et bruts et les compare aux chiffres disponibles pour septembre 2015, date à laquelle on ne sait toutefois pas tout à fait comment les statistiques étaient établies. Toute comparaison est donc délicate à faire comme à commenter.
Pour en savoir plus : lire l'article de La Nación lire l'article de Clarín lire l'article de La Prensa Página/12 ne commente pas ces chiffres mais la dernière décision en date (pour libérer le marché des tablettes digitales et les micro-ordinateurs) consulter le site Internet de l'Indec et télécharger le rapport.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jyj9icx6 2740 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte