Magazine Culture

Shakespearian heroines

Publié le 18 octobre 2016 par Pomdepin @pom2pin

La pravda BBC dans sa grande opération d’enfumage du bon peuple et de léchage de bottes gouvernementales ne traite plus que de sujets importants, que dis-je capitaux pour l’avenir du pays, et donc aujourd’hui on a droit à un article que les héroïnes shakespeariennes. Je ne mets pas le lien, je refuse de leur apporter ne serait-ce que deux ou trois clics. C’est sûr que de toute façon, il ne se passe rien ici en ce moment…j’ai un doute, je ne sais pas si j’ai été claire: quand je traite la BBC de Prada, je ne veux pas dire qu’ils sont communistes mais que c’est maintenant devenu  de communication directe du gouvernement, et uniquement du gouvernement. La BBC ne va quand même pas s’embarrasser de déontologie journalistiques alors qu’elle doit bien sûr encenser le grand leader Theresa May et sa clique de nazillons analphabètes. Je sens que je vais encore m’énerver, revenons aux héroïnes shakespeariennes, qui devraient donc être un modèle pour les petites filles. Ah.   

Shakespearian heroines

Source 

Il s’agit de s’inspirer des héroïnes de Shakespeare pour s’affirmer dans la société, prendre confiance en soi et tout ça, c’est carrément féministe. Enfin, ça dit être féministe. L’article commence par nous parler de Cleopatre.  Ben voyons. Donc les filles, le modèle idéal c’est quelqu’un se suicide, c’est vrai que de suite, je prends confiance en moi là. En plus Shakespeare ne la loupe pas. Déjà, il éprouve le besoin de préciser qu’elle a une sale tronche, en plus elle couche avec tout ce qui porte une jupette romaine, sans qu’on sache trop pourquoi, parce qu’ ils ne sont pas très futés non plus. C’est la pouffe maquillée à la truelle, au goût douteux, vu qu’elle se promène vêtue d’une toge léopard à strass, et  qui préfère se recoiffer ou s’admirer plutôt que de faire son boulot de reine d’Égypte. Et qui pense qu’il suffit de se taper le chef pour faire avancer sa carrière. Bref, une incompétence narcissique à tendance tête à claque (je résume la pièce). Et c’est cette pétasse qui doit servir de modèle aux petites filles? Non mais ça va pas mieux la BBC? En fois les filles, vous n’arriverez à rien toutes seules pas la peine d’essayer. Contentez- vous de coucher avec un type qui va réussir pour vous. Par contre, faites gaffe, choisissez le bien sinon ça va mal finir et vous allez être obligé de vous suicider en déclamant des vers. 

La BBC a d’autres idées évidement, au cas où on ne serait pas convaincue par l’idée de prendre la Cleopatra de Shakespeare comme modèle. Ça tombe bien, effectivement j’ai un doute sur la question, je ne sais pas si ça c’est vu…pas de problème, on a aussi Béatrice de  Much Ado about nothing (beaucoup de bruit pour rien en français). Que Shakespeare décrit donc comme cynique et manipulatrice. C’est toujours mieux que sa cousine Hero dans la même pièce qui est d’une niaiserie sans. Pour ne pas dire totalement débile. Enfin bon, la BBC  conseille Béatrice comme modele, la fille aigrie et méchamment sarcastique. Bon. C’est curieux je ne suis toujours pas convaincue. La BBC insiste avec Rosalind de As you like it (comme il vous plaira) ou encore Viola de Twelfth night, qui sont toutes les deux obligées de se déguiser en homme pour réussir leur vie (bon d’accord, je résume beaucoup mais on ne va pas y passer trente ans non plus). Donc, en filles elles vont d’échec en échec, se faisant exilant ou prenant bêtement l’eau (si, si,  lisez les pièces, c’est à près ça) mais des qu’elles passent pour des garcons, hop tout s’arrange! C’est évident, c’est totalement positif comme message pour une petite fille. Ou pas. Si vous voulez arriver à quelque chose les filles , ne soyez pas vous-même, au contraire et faites vous passer pour un garçon, parce qu’ils réussiron toujours mieux mais sans rien faire de plus que vous. 

Bon d’accord, je massacre affreusement l’œuvre d’un génie de la littérature mondiale, mais la BBC m’a énervé. Les héroïnes de Shakespeare ne sont pas des modèles féministes. Il n’a pas écrit ses histoires pour ça. D’ailleurs, on ne peut pas dire que ses héros soient des modèles pour les petits garçons non plus. Mais sinon, il n’y aurait pas d’histoire à raconter! Vous imaginez la pièce où tout le monde est parfait? il ne se passerai rien. Par contre si la BBC veut vraiment aider les petites files à se trouver des modèles, ça doit être possible. Pour des gens qui passent leur temps à entretenir le nouveau culte de la personnalité autour d’une première ministre, ils manquent sacrément d’imagination. Oops, c’est un mauvais exemple finalement. 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pomdepin 10255 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine