Magazine Culture

Pola Tog – Rrose Sélavy

Publié le 24 octobre 2016 par Hartzine

Par Stéphanie-Lucie Mathern.

Écouter Rrose Sélavy de Pola Tog, alias Joaquin Urbina. Musique cold-dansante - on danse bien sur les ruines et les tombes, non ? - hommage au dadaïsme et plus particulièrement au dandy Duchamp ; elle commence par une interview où il est question du pouvoir de choquer.

Duchamp a toujours plaidé pour le point d'indifférence. Dandy coldwave, joueur d'échecs précis et implacable. En filigrane ici, l'origine du ready-made, conséquence radicale de la transformation de l'art engendrée par le développement technique du XX e siècle (relire Heidegger) et un amour certain pour l'écriture automatique. La révision est radicale et ressemble à tout ce qu'on aime : un D.A.F moins gay, un New Order plus new, un Crystal Castles qui jouerait moins à la Game Boy, et les grandes heures de Polyrock. Le nom de Man Ray est également mentionné, fameux photographe, qui fit le portrait de Rrose Sélavy en 1921. L'alter ego féminin de Duchamp redéfinit son image d'artiste dans le déplacement identitaire, loin des codes virils.

Marcel Duchamp est un esthète, Pola Tog aussi. L'idée de la création est celle du dandy : il s'agit de faire de sa vie une œuvre d'art. On développe ici sa mise en scène dans un culte du moi résolument moderne. Sauf qu'ici, il y a le détachement et la sobriété, le synthé qui pleure dans son coin. Le clip, suite de séquences filmées à la Super 8 par Joaquin et sa collaboratrice Ana Gale, montre d'ailleurs cette ambiguïté des genres et fut interprétée spécialement par un groupe barcelonais, NES. Le regard est désorienté. L'euphorie est là, mais non-ostentatoire.

Pola Tog est un groupe de synth-dark-pop wave formé à Barcelone par Joaquin Urbina. Il débuta en publiant son premier EP cassette " Rayogramme " en avril 2016 sur le label espagnol Domestica Records. Un son cru crée par hardwave sans usage de l'ordinateur le définit. Rrose Sélavy se présente donc comme une jolie suite ; la version définitive de la sortie vidéo est en ligne depuis le 20 octobre.

Marcel Duchamp disait dans ses entretiens avec Pierre Cabanne : " L'individu, en tant que cerveau, m'intéresse plus que ce qu'il fait, parce que j'ai remarqué que la plupart des artistes ne font que se répéter. "

Tout s'exprime dans l'attitude et une certaine façon d'apparaître, Joaquin Urbina a compris qu'il ne fallait pas trop en faire pour trouver la note juste et ses collages avec la voix du maître restent un bel hommage. La sobriété devrait d'ailleurs être la nouvelle condition du spectacle. Supérieure et raffinée, la posture de l'intellectuel détaché et un peu anesthésié, reste le meilleur remède dans une société qui bascule dans la déshumanisation. Populaire et élitiste à la fois, ce titre emporte par sa puissance et l'on a tranquillement envie de mourir dans son lit. Avec Rrose Sélavy, on transforme l'artiste en star avec une énergie sombre qui sonne comme une apologie de la vie.

Avant-première


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Hartzine 81861 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines