Magazine Culture

J’étais là de Gayle Forman

Par Artemissia Gold @SongeD1NuitDete

J’étais Là, de Gayle Forman

jetais-la-de-gayle-formanPoche : 384 pages
Éditeur : Le Livre de Poche Jeunesse
Date de parution : 21 septembre 2016
Collection : LDPJ Divertissement
Langue : Français
ISBN-10 : 2019109816
ISBN-13 :978-2019109813
Disponible sur liseuse : Oui

Prix éditeur : 7€90

Son résumé : 

Quand elle a appris la mort de Meg, Cody a cru que son amie lui faisait une mauvaise blague. De celles dont elle avait le secret. Meg avait tout prévu : la méthode, le lieu, ce qu’il faudrait faire de ses biens. Ensuite, il a fallu affronter la pitié des autres. Faire face aux questions. Pourquoi Meg ne lui avait-elle rien dit ?

Mon avis :

J’étais là est un roman dont j’attendais beaucoup et comme bien souvent quand on en attend un peu trop d’un roman, on finit par être déçue de sa lecture que l’on ne trouve pas à la hauteur. Ma déception pour J’étais là tient probablement de mes attentes, mais elle tient aussi de ce que le résumé ne permet pas au lecteur de savoir réellement à quoi s’attendre avec cette histoire. De fait, si vous vous attendez à une histoire où une jeune fille se suicide et où sa meilleure amie ne sait comment vivre son deuil, passez votre chemin. En effet, dans J’étais là, nous suivons Cody dans sa quête obstinée de réponses, non pas quant à la question du pourquoi, mais plutôt par rapport à celle du comment elle a tout planifié. Et c’est ce qui m’a dérangé avec ce roman…

Gayle Forman m’a plus d’une fois prouvée qu’elle pouvait toucher à des sujets difficiles et écrire des histoires vraiment touchantes. Pourtant, cette fois, la sauce n’a pas prise avec moi. Si le début et la fin du roman m’ont assez plu, le milieu s’est révélé profondément ennuyeux et inintéressant. En effet, on suit Cody qui agit comme une petite fille pourrie gâtée à qui on retire son doudou (tout ce qu’elle n’est pas, précisons le bien) et cherche à comprendre comment Meg a-t-elle bien pu se suicider. Loin d’essayer de comprendre les raisons qui ont poussé sa meilleure amie à se donner la mort sans jamais rien laisser paraître, elle part dans une quête qui, pour moi, n’a aucun sens.

C’est un ressenti tout à fait personnel, bien évidemment, mais je me suis sentie mal à l’aise avec cette histoire, avec la façon dont Cody agit et ce qu’elle découvre, mais aussi avec ce que l’auteur nous raconte. En effet, si je n’ai contre le droit au suicide, j’ai un énorme problème avec l’idée de ces forums qui y incitent. Le problème étant que l’histoire tourne autour de ça et que, pour moi, Cody ne cherche pas des réponses au pourquoi mais plutôt au comment Meg a pu tout planifier d’une manière aussi millimetré. De fait, si sa quête de justice et d’un couple sur lequel décharger sa culpabilité est compréhensible et louable, cela la fait aussi se comporter de manière égoïste et méchante par moments, voire même de façon complètement irresponsable, ne se rendant pas compte de la portée de ces actes.

De la même façon, j’ai eu beaucoup de mal à cerner Ben, mais aussi la personnalité de celle qui était Meg. Alors même que ce sont deux personnages assez importants, on en sait finalement peu sur eux et je le regrette profondément. En effet, j’aurais aimé découvrir qui était Meg, comprendre quelle jeune fille elle était et pourquoi elle en est arrivée là alors qu’aux yeux de sa meilleure amie, tout allait bien. Avec Ben cependant, le problème a été différent puisque c’est son côté ténébreux-bisounours qui m’a beaucoup dérouté. On a beau traverser l’histoire avec lui, on ne le connait finalement que très peu.

Finalement, si Gayle Forman traite ici de sujets difficiles comme le suicide, la culpabilité et la dépression, j’ai eu énormément de mal à me mettre à la place de Cody, probablement car j’ai vécu cette terrible expérience de perdre un proche de cette façon. Je pense sincèrement que c’est un roman que l’on ne peut pas tous apprécier de la même façon et que d’autres lecteurs y trouveront certainement plus leur compte que moi qui suis restée face à une grosse incompréhension. L’histoire est terrible, certes, mais j’ai eu l’impression d’en être complètement détachée malheureusement. Enfin, la fin m’a semblé particulièrement hors-sujet et assez mal venue. Si je sais qu’il faut bien que la vie continue, cet événement a achevé de me mettre mal à l’aise avec cette histoire.

Bon

Acheter ce roman sur Amazon

Autres Chroniques de ce Tome

J'étais Là de Gayle Forman

Chronique d’Eole

J’étais Là, de Gayle Forman

jetais-la-de-gayle-formanPoche : 384 pages
Éditeur : Le Livre de Poche Jeunesse
Date de parution : 21 septembre 2016
Collection : LDPJ Divertissement
Langue : Français
ISBN-10 : 2019109816
ISBN-13 :978-2019109813
Disponible sur liseuse : Oui

Prix éditeur : 7€90

Son résumé : 

Quand elle a appris la mort de Meg, Cody a cru que son amie lui faisait une mauvaise blague. De celles dont elle avait le secret. Meg avait tout prévu : la méthode, le lieu, ce qu’il faudrait faire de ses biens. Ensuite, il a fallu affronter la pitié des autres. Faire face aux questions. Pourquoi Meg ne lui avait-elle rien dit ?

Mon avis :

J’étais là est un roman dont j’attendais beaucoup et comme bien souvent quand on en attend un peu trop d’un roman, on finit par être déçue de sa lecture que l’on ne trouve pas à la hauteur. Ma déception pour J’étais là tient probablement de mes attentes, mais elle tient aussi de ce que le résumé ne permet pas au lecteur de savoir réellement à quoi s’attendre avec cette histoire. De fait, si vous vous attendez à une histoire où une jeune fille se suicide et où sa meilleure amie ne sait comment vivre son deuil, passez votre chemin. En effet, dans J’étais là, nous suivons Cody dans sa quête obstinée de réponses, non pas quant à la question du pourquoi, mais plutôt par rapport à celle du comment elle a tout planifié. Et c’est ce qui m’a dérangé avec ce roman…

Gayle Forman m’a plus d’une fois prouvée qu’elle pouvait toucher à des sujets difficiles et écrire des histoires vraiment touchantes. Pourtant, cette fois, la sauce n’a pas prise avec moi. Si le début et la fin du roman m’ont assez plu, le milieu s’est révélé profondément ennuyeux et inintéressant. En effet, on suit Cody qui agit comme une petite fille pourrie gâtée à qui on retire son doudou (tout ce qu’elle n’est pas, précisons le bien) et cherche à comprendre comment Meg a-t-elle bien pu se suicider. Loin d’essayer de comprendre les raisons qui ont poussé sa meilleure amie à se donner la mort sans jamais rien laisser paraître, elle part dans une quête qui, pour moi, n’a aucun sens.

C’est un ressenti tout à fait personnel, bien évidemment, mais je me suis sentie mal à l’aise avec cette histoire, avec la façon dont Cody agit et ce qu’elle découvre, mais aussi avec ce que l’auteur nous raconte. En effet, si je n’ai contre le droit au suicide, j’ai un énorme problème avec l’idée de ces forums qui y incitent. Le problème étant que l’histoire tourne autour de ça et que, pour moi, Cody ne cherche pas des réponses au pourquoi mais plutôt au comment Meg a pu tout planifier d’une manière aussi millimetré. De fait, si sa quête de justice et d’un couple sur lequel décharger sa culpabilité est compréhensible et louable, cela la fait aussi se comporter de manière égoïste et méchante par moments, voire même de façon complètement irresponsable, ne se rendant pas compte de la portée de ces actes.

De la même façon, j’ai eu beaucoup de mal à cerner Ben, mais aussi la personnalité de celle qui était Meg. Alors même que ce sont deux personnages assez importants, on en sait finalement peu sur eux et je le regrette profondément. En effet, j’aurais aimé découvrir qui était Meg, comprendre quelle jeune fille elle était et pourquoi elle en est arrivée là alors qu’aux yeux de sa meilleure amie, tout allait bien. Avec Ben cependant, le problème a été différent puisque c’est son côté ténébreux-bisounours qui m’a beaucoup dérouté. On a beau traverser l’histoire avec lui, on ne le connait finalement que très peu.

Finalement, si Gayle Forman traite ici de sujets difficiles comme le suicide, la culpabilité et la dépression, j’ai eu énormément de mal à me mettre à la place de Cody, probablement car j’ai vécu cette terrible expérience de perdre un proche de cette façon. Je pense sincèrement que c’est un roman que l’on ne peut pas tous apprécier de la même façon et que d’autres lecteurs y trouveront certainement plus leur compte que moi qui suis restée face à une grosse incompréhension. L’histoire est terrible, certes, mais j’ai eu l’impression d’en être complètement détachée malheureusement. Enfin, la fin m’a semblé particulièrement hors-sujet et assez mal venue. Si je sais qu’il faut bien que la vie continue, cet événement a achevé de me mettre mal à l’aise avec cette histoire.

Bon

Acheter ce roman sur Amazon

Autres Chroniques de ce Tome


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • C'est lundi, que lisez-vous? #61

    C'est lundi, lisez-vous?

    Rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. Le récapitulatif des... Lire la suite

    Par  Annabelle
    CULTURE, LIVRES
  • Pamela

    Pamela

    " Pamela Churchill est totalement amorale, bien au-delà du bien et du mal.... Lire la suite

    Par  Apollinee
    CULTURE, LIVRES
  • La Jungle: le livre qui a changé la monde, mais pas comme il le voulait

    Jungle: livre changé monde, mais comme voulait

    Un livre peut-il changer le monde?Parmi ceux qui vous viennent à l’esprit, combien sont des œuvres de fiction ?1984? Formidable récit visionnaire, mais qui... Lire la suite

    Par  Thierry_2
    BD, CULTURE, LIVRES
  • [TAG PKJ] Spécial Saint-Valentin

    [TAG PKJ] Spécial Saint-Valentin

    Cette semaine, c'est la Saint-Valentin! Et cette ambiance de romance a inspiré notre nouveau tag! Le principe est toujours le même: présenter un livre... Lire la suite

    Par  Lecoindaudrey
    CULTURE, LIVRES
  • L.A. Salami : le Bob Dylan londonien

    FILS DE BOB - Pour un musicien à qui on a offert sa première guitare à 21 ans, L.A. Salami s'en tire très bien. Son premier album folk-blues sorti à la rentrée... Lire la suite

    Par  Swann
    CULTURE, MUSIQUE, POP/ROCK
  • La La Land (2016)

    Land (2016)

    Mickdeca Tix ★★★★☆ ★★★★★ États-Unis – 2016 – 2h06 Réalisateur: Damien Chazelle Scénario:... Lire la suite

    Par  Tix
    CINÉMA, CULTURE, LIVRES
  • Taboulé aux épices du monde

    Taboulé épices monde

    Un petit taboulé extra....bien relevé... pour 4 personnes, info ww = 4 SP/Personne 180g de semoule couscous aux épices du mondes 1 CS huile olive 1 jus de citro... Lire la suite

    Il y a 6 heures, 2 minutes par   Chrissyv
    CUISINE, CUISINE MINCEUR

A propos de l’auteur


Artemissia Gold 66688 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines