Magazine Culture

Moi, Daniel Blake le film coup de poing

Publié le 08 novembre 2016 par Tanja @HaKo_niwA

431720-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Ken Loach est un réalisateur dont je n’ai hélas pas vu assez de film. Mais ceux que j’ai vu m’ont toujours plu (Le vent se lève, La part des anges). Et voilà qu’il gagne à 80 ans sa seconde Palme d’or avec un film engagé Moi, Daniel Blake. Parce qu’il n’y a pas d’âge pour être en colère.

moi_daniel_blake
Moi, Daniel Blake

Synopsis : Pour la première fois de sa vie, Daniel Blake, un menuisier anglais de 59 ans, est contraint de faire appel à l’aide sociale à la suite de problèmes cardiaques. Mais bien que son médecin lui ait interdit de travailler, il se voit signifier l’obligation d’une recherche d’emploi sous peine de sanction. Au cours de ses rendez-vous réguliers au « job center », Daniel va croiser la route de Katie, mère célibataire de deux enfants qui a été contrainte d’accepter un logement à 450km de sa ville natale pour ne pas être placée en foyer d’accueil. Pris tous deux dans les filets des aberrations administratives de la Grande-Bretagne d’aujourd’hui, Daniel et Katie vont tenter de s’entraider

Avis : Nous ne sommes pas grand chose face à l’administration. Ken Loach montre du doigt les travers de ces rouages qui broient sans aucune vergogne des vies humaines. On aurait envie de dire c’est pas comme ça chez nous, cependant nous savons qu’il y a aussi des abus. Si une minorité utilisent le système, combien le subissent ? Combien vive mal d’être humilié à ce point ? Car sachons le cela peut arriver à n’importe qui.

Certaines scènes m’ont vraiment bouleversée, mise à part la dernière scène, il y a cette de la banque alimentaire. Les personnages sombrent dans une détresse absolue, mais essaient tout de même de s’en sortir contre vent et marée. J’avais envie de hurler tellement la situation était révoltante.

Les déconvenues du héros face à l’informatique sont drôle, en même temps je suis désolée pour lui et j’ai envie de secouer les gens pour qu’ils l’aident. Parce que si l’informatique est inné pour moi je suis consciente que ce n’est pas le cas pour tout le monde jeune ou moins jeune.

La fin manque sans doute d’originalité, mais le but n’était pas d’avoir un énième happy end. Préparez vos mouchoirs !

Moi, Daniel Blake est un film coup de poing. Il fait mal, il m’a tiré des larmes de frustrations. On est en 2016 et on ne s’imagine pas qu’on puisse foutre les gens dans la merde parce qu’il faut du chiffre, pour que les statistiques baissent. C’est le poing levé que Ken Loach a reçu sa récompense et il l’a mérite. 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Tanja 757 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine