Magazine Culture

Le Prix de Flore à Nina Yargekov

Par Pmalgachie @pmalgachie
Prix Flore Nina Yargekov Je vous avais prévenu hier, je n'avais lu aucun des finalistes du Prix de Flore. Je n'ai rien contre ce prix, bien au contraire, et ce n'est pas faute d'avoir eu envie. Mais le temps, le temps... Donc, je ne vous dirai rien (sinon qu'il s'agit d'un livre épais) de Double nationalité, de Nina Yargekov, choisie de préférence à Cédric Gras et à Boris Bergmann, qui ont aussi obtenu des voix. La quatrième de couverture propose ce point de départ: Vous vous réveillez dans un aéroport. Vous ne savez pas qui vous êtes ni où vous allez. Vous avez dans votre sac deux passeports et une lingette rince-doigts. Vous portez un diadème scintillant et vous êtes maquillée comme une voiture volée. Vous connaissez par cœur toutes les chansons d’Enrico Macias. Vous êtes une fille rationnelle. Que faites-vous Et ça commence comme ça:
Il y a quelque chose qui cloche aux Galeries Lafayette. Vous examinez l’éclairage, détaillez les vendeuses, humez la température. Parmi les clients, quantité de touristes, on doit être au printemps ou en été pour qu’ils soient si nombreux, d’ailleurs votre tenue en apporte confirmation, vous êtes vêtue d’une jupe courte et d’un chemisier sans manches. Vous voyez des parfums, des mascaras, des laits pour le corps et des saucissons. Pris isolément, chaque élément vous semble d’une normalité irréprochable, pourtant l’ensemble est comme atteint d’une déformation étrange et très disgracieuse, le plafond est trop bas, les étiquettes posées de travers, la musique de fond dissonante, et puis le saucisson, vous ne sauriez le démontrer d’une manière résolument scientifique, cependant vous avez l’intuition qu’il n’est pas réellement à sa place au rayon parfumerie. Le mystère des systèmes holistes, le tout est plus que la somme de ses parties, l’atomisme logique est une impasse intellectuelle. Vous levez les yeux à la recherche de la coupole aux vitraux et vous comprenez, vous n’êtes pas aux Galeries Lafayette mais dans la boutique détaxée d’un aéroport, zut vous aviez confondu, on admettra à votre décharge qu’en termes d’ambiance cela se ressemble un brin. C’est donc pour cela que vous avez une valise, vous vous demandiez aussi ce que vous fabriquiez à tirer ce parallélépipède rectangle derrière vous.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pmalgachie 8574 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines