Magazine Culture

Al Capone

Publié le 18 octobre 2016 par Dubruel
(Très court extrait)

Al Capone est un costaud,

Un peu lourdaud.

Il a, dit-on, l'esprit vif et fin.

Il est gonflé et même zinzin.

Matois,

Il ne manque pas de sang-froid.

En 1930, un ostéo

De Chicago

Affirma que ses tendances criminelles

Étaient dues à une malformation

De sa cervelle.

S'il avait été traité dès l'enfance,

Il aurait obtenu guérison

Selon toute vraisemblance.

Un psy, le docteur Twitchell

Assura que les facultés intellectuelles

Et mentales

D'Al

Étaient altérées par la syphilis,

Autrement dit, la chaude-pisse.

Psychopathe de type explosif,

Tel fut le verdict définitif

Prononcé par les docteurs Curran

Et Guttman.

Ces caractéristiques, avec précision,

Correspondent à la définition

De la schizophrénie paranoïde.

Notre caïd

Est un persécuté.

Il souffre d'un conflit,

En permanence établi,

Avec la société.

Le père d'Al était un pauvre immigrant.

Cet état de fait suffisait,

Aux yeux du fils,

À symboliser

Un échec quoiqu'il fit.

Sa mère avait une figure chevaline,

La bouche dure et fine

Et la mâchoire osseuse.

Elle n'avait rien de la mama

Italiana,

Réconfortante et plantureuse.

Dès 1917,

Al exerce les métiers

De plongeur,

De videur,

Et de garçon-boucher.

Un jour, il se prend deux balafres à la face.

C'est pourquoi on l'appellera Scarface.

Pour se montrer beau

Sur les photos,

Il ne présentera que sa joue lisse.

Chaque fois qu'il était arrêté

Capone était relâché

Car il avait pour lui

Le plus important

Réseau de complices-amis :

Ses innombrables clients.

Pour sa défense, Capone,

Un jour, donne

Cette réponse : " Tout ce que j'ai fait,

Fut de submerger

Chicago

De whisky à gogo

Et l'Amérique entière,

De bière. "

Sa voiture est bardée d'acier.

Un mitrailleur était assis

À côté du chauffeur.

Elle est précédée d'un tank d'éclaireurs

Et suivie par un autre blindé rempli

D'hommes armés.

Si l'on s'avisait de photographier

Son moyen de locomotion,

Aussitôt, Al en faisait changer

Les plaques d'immatriculation.

En 1958, sa voiture a été achetée

Par un certain Stuart, pour 170 guinées.

Lors d'une vente aux enchères

À Manchester.

Cette pièce de musée

Fut un temps exposée.

Puis on retrouve l'auto

À Toronto.

Quand il va au théâtre,

Il est entouré de 18 bellâtres.

Soit une escorte

Plus forte

Que celle du Président des E.U.

Mais oui !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dubruel 73 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine